uk-ue

Brexit: la bataille à mort continue

Ce samedi, le vote sur l’accord du Brexit a été repoussé. Boris Johnson refuse pourtant de demander un report, contrairement à ce qu’impose la loi

Les députés britanniques sont restés fidèles à eux-mêmes: divisés et incapables de se décider. «Super Saturday», ce jour où les Communes étaient rassemblées pour la première fois un samedi depuis 1982, s’est conclu par un report du vote crucial sur la sortie de l’Union Européenne. Alors que des centaines de milliers de manifestants contre le Brexit défilaient dans les rues de Londres, les élus ont passé un amendement par 322 contre 306 voix repoussant encore une fois leur décision.

A l’heure actuelle, tous les scénarios restent possibles, y compris une sortie de l’Union Européenne le 31 octobre. Mais un report de cette date butoir, dont Boris Johnson a fait un totem, est désormais une obligation légale. En septembre, le parlement avait passé une loi le forçant à faire une telle demande s’il n’y avait pas d’accord d’ici au 19 octobre au soir, ce qui est désormais le cas.