Même durant les trois années âcres, disputées et tendues depuis le référendum sur le Brexit, on n’avait jamais vu ça. Boris Johnson, le premier ministre britannique, a sorti la menace de l’arme atomique: si des députés conservateurs s’aventuraient à voter contre lui cette semaine, afin de bloquer une sortie de l’Union européenne sans accord, ils seraient exclus du parti, marquant probablement la fin de leur carrière politique.

Lire aussi l'opinion: Brexit: vers le dénouement?