Il aura juste manqué, dans la nuit de dimanche à lundi, un tweet moqueur et vengeur de Donald Trump pour transformer le sommet européen en absolu cauchemar. Jugez plutôt: dix-sept heures de négociations, tantôt en plénière (sans téléphones portables, pour éviter les fuites), tantôt en discussions séparées pour aboutir, à la mi-journée lundi, sur ce terrible aveu «d’échec» qu’Emmanuel Macron a lui même concédé: incapables de s’entendre sur les noms des futurs responsables des quatre institutions communautaires, les chefs d’Etat ou de gouvernement des 28 pays membres de l’UE se sont séparés sans accord. D’où la décision inédite de les reconvoquer dans la capitale belge ce mardi à 11h pour éviter un chaos institutionnel. Le Parlement européen élu le 26 mai doit en effet ouvrir sa législature 2019-2024 ce mardi à Strasbourg. Avec la désignation mercredi par les 751 eurodéputés de leur président, un des quatre postes sur lesquels les Vingt-Huit sont supposés s’entendre préalablement.

Lire également: A Bruxelles, la nouvelle «équipe d’Europe» reste introuvable