La mission s’est révélée impossible. Après avoir repris leur session plénière dans la matinée de lundi, dans la foulée d’une nuit entière de discussions et de conciliabules, les chefs d’Etat ou de gouvernement des 28 pays membres de l’Union européenne ont finalement renoncé lundi matin à nommer les principaux dirigeants des institutions communautaires pour les cinq années à venir (2019-2024).

Les noms du Néerlandais socialiste Frans Timmermans, de la Bulgare conservatrice Kristalina Georgieva, du libéral belge Charles Michel et du conservateur allemand Manfred Weber, le plus souvent évoqués pour diriger respectivement la Commission européenne, le Conseil (représentant les Etats membres), la diplomatie communautaire et le Parlement européen, restent donc lettre morte jusqu’à nouvel ordre. Les dirigeants des 28 reprendront leurs discussions le mardi 2 juillet à 11h. Une première dans l’histoire de l’UE, après un sommet record en termes de longueur.