Un drame européen sans spectateurs. Un huis clos politique d’autant plus violent que personne, dans le hall d’entrée du bâtiment Juste Lipse du Conseil européen d’ordinaire transformé en salle de presse, n’aura été là pour l’observer. Depuis vendredi matin et l’arrivée des Vingt-Sept chefs d’Etat ou de gouvernement sur le rond-point Schuman, autour duquel sont rassemblées à Bruxelles les institutions communautaires, les médias ont été tenus à l’écart des débats. Une première historique, Covid-19 oblige. Tout s’est fait par écrans et téléphones interposés, au bout du portable et de Twitter, entrecoupés de «doorsteps», les déclarations face à la caméra à l’entrée du bâtiment et de quelques rendez-vous organisés par les délégations dans leurs hôtels.

Lire aussi: A Bruxelles, la relance économique provoque un cauchemar européen