Est-ce le clap de fin pour Viktor Orban et la querelle qui l’oppose depuis un mois à ses partenaires sur la question du budget européen et son conditionnement au respect de l’Etat de droit? Alors que les Vingt-Sept se retrouvent ce jeudi à Bruxelles pour un sommet d’hiver truffé de sujets lourds, ils pourraient recevoir une bonne nouvelle pour leur plan de relance économique. Un plan de 750 milliards d’euros, adossé à un budget européen de 1100 milliards durement acquis en juillet, mais complètement hypothéqué en novembre par le veto de Budapest et Varsovie, opposés à tout lien entre financement européen et respect de l’Etat de droit.

Lire aussi: La relance européenne face au veto hongrois et polonais