Sur un coin de trottoir moscovite, deux hommes devisent joyeusement en se donnant de grandes tapes dans le dos. Un petit et un grand, une veste de cuir et une veste de sport. Il y a dix minutes, ils ne se connaissaient pas; bientôt, ils partiront ensemble pour le front ukrainien. «On est comme ça, dans notre pays, chaleureux, s’amuse Andreï, le petit. Et puis le proverbe le dit bien, la misère unit. »