Le candidat du parti au pouvoir au Burundi, Évariste Ndayishimiye, a été déclaré officiellement vainqueur de l'élection présidentielle du 20 mai. Le général Ndayishimiye, 52 ans, qui succède ainsi au président Pierre Nkurunziza, devance très largement le principal candidat de l'opposition, Agathon Rwasa, président du Conseil national pour la liberté (CNL), qui réunit 24,19% des voix. Celui-ci avait déjà par avance qualifié ces résultats de «fantaisistes».

Lire aussi: Le Burundi au bord du chaos

Même si ces élections, maintenues malgré l'épidémie de nouveau coronavirus, se sont globalement déroulées dans le calme, le CNL dénonçait depuis mercredi dernier les pressions exercées sur ses assesseurs, dont certains ont été arrêtés, ainsi que des fraudes massives.