«Le Temps» propose une opération spéciale en racontant, depuis San Francisco, les innovations à venir dans les domaines scientifiques, technologiques ou culturels. Nos seize journalistes, vidéastes, photographes et dessinateur parcourent la ville, la Silicon Valley et la Californie pour découvrir les nouvelles tendances au cœur de ce laboratoire mondial de l’innovation.

Retrouvez tous nos articles proposés de San Francisco

«Et n’oubliez pas, ici vous êtes sous juridiction fédérale: vous ne pouvez pas fumer de cannabis!» A l’arrivée de chaque bateau sur l’île d’Alcatraz, un ranger s’égosille pour donner quelques indications aux flots de voyageurs qui se déversent sur The Rock. Ici gît la plus célèbre prison des Etats-Unis, active entre 1933 et 1963. Celle dont on disait que personne ne pouvait s’échapper, même si elle ne se trouve qu’à deux kilomètres des quais de San Francisco.

Quatorze tentatives d’évasions ont bien eu lieu. Mais la plupart des 36 «évadés» ont soit été rattrapés, fusillés, ou ont fini noyés. L’évasion la plus mystérieuse s’est déroulée en 1962. Frank Morris et les deux frères Anglin se sont fait la malle sans que personne ne sache s’ils ont survécu aux violents courants marins et à la température glaciale de l’eau. Tempi passati! Aujourd’hui, de vaillants sportifs participent chaque année à un triathlon très encadré, Escape from Alcatraz.

Classé monument historique, le site, qui recèle le phare le plus ancien de la côte Ouest des Etats-Unis, a notamment servi de fortification militaire, puis de pénitencier militaire avant de devenir une prison fédérale de haute sécurité. Entre 1969 et 1971, il a été occupé par des Indiens. Des traces de cette occupation sont encore visibles. L’île est aussi une réserve naturelle pour les oiseaux. Alcatraz veut d’ailleurs dire pélican en vieil espagnol. Mais c’est bien la fameuse prison, qui a notamment hébergé Al Capone pendant quatre ans et demi, qui lui vaut désormais d’attirer près d’un million de visiteurs par an.

Le Disney World de la baie

Du côté de San Francisco, au Pier 33 d’où partent les croisières pour Alcatraz, c’est un peu Disney World. Une grande maquette de l’île attire déjà les curieux, puis il faut faire la queue avec son billet réservé parfois des mois à l’avance, et poser devant une photo géante de l’île (ou y échapper) avant de monter sur le bateau. Mais sur l’île, la visite en audioguide des 336 cellules et 42 cachots pour détenus placés en isolement est très réussie, avec bruitages, témoignages et reconstitutions à la clé.

Alcatraz est le site le plus visité de San Francisco. Il bat parfois même le Golden Gate Bridge et la statue de la Liberté dans certains classements. Il dépend du Service des parcs nationaux des Etats-Unis, qui a décidé d’ouvrir pour la première fois la prison au public en octobre 1973. Robert Kennedy avait décidé de fermer la prison en mars 1963, alors qu’il était procureur général, en raison des coûts de gestion trop élevés. Désormais, Alcatraz, qui a inspiré de nombreux réalisateurs et écrivains, est devenue un atout marketing indéniable pour San Francisco. Dans les magasins de souvenirs, on peut même acheter des petites gamelles de fer, identiques à celles utilisées par les prisonniers.