International

Bygmalion et Karachi, les deux cauchemars de la droite française

Les deux informations sont tombées successivement mardi 1er octobre. D’abord le renvoi de l’ancien premier ministre Edouard Balladur devant la Cour de justice de la République dans le cadre de l’affaire Karachi. Puis la confirmation de la prochaine comparution en correctionnelle de Nicolas Sarkozy pour l’affaire Bygmalion. Deux cauchemars qui réveillent les pires fantômes de la droite française

Deux affaires. Deux époques. Mais un point de convergence: le financement présumé illégal de deux campagnes présidentielles perdues et emblématiques des fractures de la droite française.

Renvoyés mardi 1er octobre devant la Cour de justice de la République (CJR) pour «complicités d’abus de biens sociaux» dans le cadre de l’affaire Karachi, l’ancien premier ministre Edouard Balladur et l’ancien ministre de la Défense François Léotard devront s’expliquer sur le financement de la campagne présidentielle de 1995, perdue par le premier face à son adversaire Jacques Chirac, auquel la France a rendu un vibrant hommage ces derniers jours.