Proche-Orient

Au Caire, l’égérie du Tea Party confond Al-Qaida et les Frères musulmans

Michele Bachmann était récemment au Caire, où elle a tenu des propos confus sur les auteurs du 11-Septembre, attribuant l’attentat aux Frères musulmans

Que devient Michele Bachmann, l’égérie du Tea Party qui fut une candidate éphémère à l’investiture républicaine au début de l’automne 2012? Membre de la Chambre des représentants pour le Minnesota, elle a promis de ne pas se représenter en 2014. Elle est par ailleurs sous enquête, soupçonnée d’avoir utilisé illégalement certains fonds lors de sa campagne présidentielle.

Ce week-end, Michele Bachmann s’est toutefois assurée de ne pas tomber dans un anonymat complet. Elle s’est rendue, avec deux autres républicains de la Chambre des représentants au Caire. Elle y a d’emblée salué, lors d’une conférence de presse tenue dans la capitale égyptienne, le travail du général Abdel Fattah al-Sissi. La conférence de presse fut diffusée sur plusieurs chaînes de télévision dans le pays. Elle a salué la manière dont le gouvernement combat le terrorisme, ou plus précisément les Frères musulmans. Comme le raconte le New York Times, elle a tenu des propos pour le moins surprenants: «Nous avons vu la menace que représentent les Frères musulmans dans le monde. Nous résistons à ce grand mal. […] Nous nous rappelons qui a causé les attentats du 11 septembre 2001. Nous nous rappelons qui a tué 3000 braves Américains.»

Les analystes se sont inquiétés de constater qu’une élue du Congrès n’était pas au courant des faits basiques de la tragédie du 11 septembre 2001. Les Frères musulmans n’avaient rien à voir avec les attentats attribués à Al-Qaida. Michele Bachmann était accompagné d’un autre représentant, Louie Gohmert, du Texas, qui a comparé le général Al-Sissi à… George Washington, oubliant au passage qu’il a ordonné le massacre de centaines de manifestants pour la plupart non armés. Il a plaidé pour le maintien de l’aide américaine de 1,3 milliard de dollars pour aider l’armée égyptienne à vaincre les «Frères musulmans assoiffés de sang». Politologue à l’Université d’Oklahoma et spécialiste des Frères musulmans, Samer Shehata, cité par le New York Times, relève l’inquiétante convergence entre les auteurs du coup d’Etat militaire et les islamophobes du Congrès. Les propos des trois membres du Congrès «sont totalement absurdes, […] voire comiques s’ils n’étaient pas aussi à côté de la plaque.»

Michele Bachmann n’en est pas à son premier essai au sujet des Frères musulmans. Elle avait contribué, l’an dernier, à répandre la rumeur selon laquelle les Frères musulmans avaient infiltré l’administration Obama. Elle pensait à la conseillère personnelle de la secrétaire d’Etat de l’époque Hillary Clinton, Huma Abedin, dont les parents sont musulmans. Le républicain John McCain était intervenu au Congrès pour couper court à une rumeur «ridicule».

Publicité