Un homme recherché par le Royaume-Uni dans l’affaire de la mort de 39 migrants vietnamiens dans un camion frigorifique a été arrêté en Irlande et présenté mardi à un tribunal en vue d’une possible extradition.

L’homme de 40 ans a été arrêté lundi soir par la police irlandaise à son domicile, dans le comté de Monaghan, à la frontière avec la province britannique d’Irlande du Nord. Il est sous le coup d’un mandat d’arrêt européen pour 39 charges d’homicide involontaire et aide à l’immigration illégale.

Lire également: Qui étaient les Vietnamiens morts présumés du camion charnier de Londres?

Un procès le 1er mai

Le 23 octobre, les cadavres de 31 hommes et de 8 femmes, dont deux adolescents de 15 ans, avaient été découverts à bord d’un conteneur dans la zone industrielle de Grays, à l’est de Londres. Le conteneur provenait du port belge de Zeebruges.

Lors de sa brève comparution mardi devant la cour pénale de Dublin, l’accusé est resté silencieux, derrière le masque qu’il portait en raison de l’épidémie de nouveau coronavirus. Le juge Paul Burns l’a alors informé que son procès en extradition vers le Royaume-Uni, où il est réclamé par la justice, se poursuivrait le 1er mai.

Au total, cinq personnes ont déjà été inculpées dans cette affaire. Le chauffeur du camion, âgé de 25 ans, a plaidé début avril coupable d’homicides involontaires devant un tribunal londonien.

Des trafiquants sans scrupule

Nombre des victimes de ce drame étaient originaires d’une région pauvre du centre du Vietnam, qui vit tant bien que mal de la pêche, de l’agriculture ou de l’industrie. Les familles s’endettent à hauteur de milliers de dollars pour envoyer l’un des leurs au Royaume-Uni, via des filières clandestines, dans l’espoir qu’ils y trouvent des emplois rémunérateurs.

Notre revue de presse du 25 juin 2019: Indignation après la découverte du «camion de l’horreur» près de Londres

Le drame a exposé les dangers de l’immigration clandestine, avec des trafiquants sans scrupule qui profitent de la vulnérabilité des candidats, ces derniers finissant souvent dans des bars à ongles ou des fermes à cannabis illégales au Royaume-Uni, réduits à un état de semi-esclavage.