Après la tragédie de Newtown, où 20 enfants âgés de six et sept ans furent tués et 7 adultes, les Américains veulent croire que rien ne sera désormais comme avant. Mardi, à l’occasion du deuxième anniversaire de la tuerie de Tucson, l’ex-membre démocrate du Congrès Gabrielle Gifford, qui a été l’une des victimes de la fusillade, mais qui s’en est sortie miraculeusement malgré de graves séquelles, a lancé avec son mari Mark Kelly, ex-astronaute, une campagne visant à renforcer le contrôle des armes. Ils lancent une collecte de fonds afin de pouvoir défier la puissante National Rifle Association, le lobby des armes aux Etats-Unis.

Dans le même temps, Roxanna Green, dont la fille Christina Taylor, 9 ans, fut tuée dans le massacre de Tucson, diffuse un message dans une vidéo sponsorisée par la Coalition des maires contre les armes illégales appelant le Congrès à agir. Dans les deux actions de Gabrielle Gifford/Mark Kelly et de Roxanna Green, un constat frappe: aussi bien le couple de Tucson que Roxanna Green sont de fervents partisans du second amendement de la Constitution autorisant le port d’arme. Ils ont tous trois des armes à la maison.

Dans ce contexte, le maire de New York Michael Bloomberg, qui a été très vocal pour exhorter à l’action contre la violence provoquée par les armes à feu, est sommé par un éditorialiste du New York Times, Joe Nocera, de consacrer une partie de sa fortune de quelque 20 milliards de dollars, à un combat visant à défier la NRA quand il aura achevé son mandat de maire de New York.