Migration

La campagne nauséabonde menée contre un ambassadeur suisse

Des affiches publiées dans les rues de Zurich et sur un site internet prennent pour cible Jürg Lauber, chef de la Mission suisse auprès de l’ONU à New York. Elles appellent à rejeter le pacte onusien sur la migration. L’élu UDC Andreas Glarner n’est pas au courant de cette campagne, mais estime que l’ambassadeur devrait être traduit en justice

L’affiche, vue dans les rues de Zurich, a un ton inquisitorial: «Kennst Du diesen Mann? (Connais-tu cet homme?)» Elle montre d’une flèche rouge l’ambassadeur de Suisse auprès des Nations unies à New York, Jürg Lauber. Elle souligne que le diplomate s’apprête à signer le Pacte global de l'ONU pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Et ajoute qu’entériner un tel pacte, qui incombera d’ailleurs non pas à Jürg Lauber, mais à un ministre ou au président de la Confédération, équivaudrait à ouvrir les frontières à «244 millions de migrants globaux» et à accorder à ces mêmes migrants un «accès libre» au système social. Le pacte n’est pourtant pas un traité et n’est juridiquement pas contraignant. Il propose un catalogue de bonnes pratiques en matière d’immigration et une coopération internationale accrue, aucun Etat n’étant à même de traiter seul la question de la migration. Il sera formellement approuvé à Marrakech en décembre.

Identitaire autrichien

L’affiche n’est qu’un élément d’une campagne virulente aux relents nauséabonds orchestrée par le site internet Migrationspakt-stoppen.info. Ce dernier appelle à signer une pétition pour refuser le pacte, laquelle est adressée non seulement à la Mission diplomatique de la Suisse auprès de l’ONU à New York, mais aussi aux missions allemande et autrichienne, dont les ambassadeurs sont également pris pour cible. Dans des vidéos figurant sur le site, un certain Martin Sellner le souligne: il n’a jamais vu les trois ambassadeurs, ni entendu parler d’eux. A ses yeux, ceux-ci ont négocié en catimini le Pacte mondial, «pour renforcer la base du pouvoir des élites globalisées» tout en tenant le peuple dans l’ignorance. Il mentionne l’UDC suisse et l’Alternative pour l’Allemagne (AfD). Pour lui, le pacte onusien signifie «le déclin des peuples européens». L’accord conclu en juillet à l’ONU est aussi un moyen de «miner l’homogénéité nationale» des Etats, avance la campagne. Mais qui est Martin Sellner? Il est le cofondateur du mouvement identitaire autrichien. Dans une autre vidéo, un habitant de Dresde qui reste dans l’ombre exhorte les pétitionnaires à contacter directement les trois missions à New York, adresses électroniques à l’appui. Le site Patriot.ch s'associe à ce type de propagande.  

Le site internet semble unir des milieux allemands, autrichiens et suisses, mais impossible de savoir qui en est vraiment à l’origine. Pour rappel, Jürg Lauber n'a rien négocié en catimini. Ambassadeur de Suisse auprès de l'ONU, il a été mandaté, au même titre que son homologue mexicain Juan José Gómez Camacho, par le président de l'Assemblée générale des Nations unies pour officier en tant que co-facilitateur des négociations sur le pacte. Et ceci bien sûr avec l'aval du Conseil fédéral.

Le conseiller national UDC Andreas Glarner confie au Temps qu’il n’est pas au courant de la campagne menée contre les trois diplomates. Mais sachant que le Conseil fédéral a approuvé le pacte mercredi dernier après quelques hésitations, il abonde dans le sens des pétitionnaires: «A mon avis, l’ambassadeur Lauber a violé l’article 267 du Code pénal en menant des négociations contre les intérêts de la Suisse. Car le Pacte global n’apporte que des désavantages à la Suisse et à l’Europe. Je pense que M. Lauber doit être traduit en justice.»

Publicité