A la gare ferroviaire de Montréal, la salle des pas perdus est étrangement déserte. Les passagers pour Québec, Ottawa ou Toronto ont disparu depuis près de quinze jours. En ce début de semaine, seuls de rares voyageurs regardent résignés un écran géant sur lequel se répète à l’infini: «Cancelled.» Tous les trains sont annulés.

Les redoutables Mohawks ont déterré la hache de guerre partout au Canada par solidarité avec la tribu des Wet’suwet’en de Colombie-Britannique. Ces derniers s’opposent pacifiquement depuis 2018 à la construction d’un gazoduc de 670 km sur leurs terres. Le pipeline de la société Coastal GasLink, un projet de 4,89 milliards de francs, doit relier la frontière de l’Alberta au port de Kitimat, un terminal méthanier sur la côte pacifique.

Des trains qui ne circulent plus

Si les Wet’suwet’en n’ont érigé des barricades que sur leurs terres, les Warriors (guerriers mohawks) obstruent, eux, les rails des chemins de fer dans tout le pays. Ils sont une poignée, mais les trains du Canadian National et de Via Rail ne circulent plus. Les deux compagnies transportent d’ordinaire 4 millions de voyageurs par an, ainsi que 185 milliards de francs de marchandises.

C’est fini. Les trains de pétrole sont à l’arrêt. Une soixantaine de navires ne peuvent pas décharger leurs produits dans le port de Vancouver. Les experts craignent une hausse du prix des aliments, voire une pénurie. Le propane manque dans les provinces de l’Atlantique. «La situation est catastrophique. Dans le seul domaine manufacturier, ce sont 4600 wagons par jour qui ne circulent pas. Tous les secteurs sont affectés», a confié récemment à Radio-Canada la PDG des Manufacturiers et Exportateurs du Québec, Véronique Proulx. L’opinion publique s’impatiente et, à l’instar de l’opposition conservatrice, demande la levée des barrages coûte que coûte.

Une autre polémique: Feu vert pour l'agrandissement de l'oléoduc Trans Moutain au Canada

Un scandale digne du Far West

La charge contre les Amérindiens aura-t-elle lieu comme le demandent certains? Les autorités privilégient la négociation. Lors d’une confrontation avec les Mohawks en 1990, l’armée canadienne avait perdu un homme. Justin Trudeau, très critiqué pour son absence de réactivité au début du conflit, a annulé un voyage à la Barbade pour rencontrer lundi des chefs autochtones, souhaitant «une résolution rapide et pacifique de cette crise». Sans avancée pour l’instant.

La révolte des Amérindiens intervient un mois après la révélation d’un scandale digne du Far West. Selon des documents qu’aurait obtenus le quotidien britannique The Guardian, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a dépêché en janvier 2019 des tireurs d’élite sur les terres des Wet’suwet’en pour défendre le projet Coastal GasLink. Avec pour ordre de tirer sur les autochtones s’ils résistaient. «J’étais en première ligne […] Ils allaient nous tuer», a assuré le chef Na’Moks à Radio-Canada. La gendarmerie a nié l’envoi de snipers, non sans multiplier les arrestations d’Amérindiens Wet’suwet’en ces dernières semaines.

Des citoyens de seconde zone

Ce comportement tranche avec l’image que Justin Trudeau veut donner de ses relations avec les Premières Nations. Le chef du gouvernement a promis depuis 2015 réconciliation, ainsi qu’aide économique et sociale aux autochtones. Justin Trudeau s’est même déguisé en Amérindien. Il est allé sous un tipi.

Las, le Canada traite souvent les 1,8 million d’Amérindiens comme des citoyens de seconde zone, toujours régis par la loi sur les Indiens de 1876. L’ONU a récemment accusé le Canada de discrimination raciale et sommé Ottawa de suspendre le projet de Coastal GasLink. La sortie de crise est d’autant plus difficile que dans les tribus les interlocuteurs sont très nombreux et avec des intérêts différents. Pire, le temps joue contre un premier ministre affaibli politiquement par un gouvernement minoritaire. Comme l’a titré lundi le quotidien de référence The Globe and Mail: «Chaque jour de plus que dure le blocus ferroviaire, «l’action» Trudeau chute plus bas.»

Les élections d'octobre 2019: Au Canada, Justin Trudeau obtient un deuxième mandat mais sans majorité