L’amour dure trois ans, affirme le titre d’un roman. Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, n’aura pas joui d’une si longue lune de miel politique: deux ans et demi après son entrée en fonction, celui qu’on décrivait comme le «Barack Obama canadien» voit déjà son étoile pâlir. Entre une popularité faiblissante à l’interne, une récente visite en Inde ponctuée de maladresses et les turbulences du voisin américain, la Trudeaumania est aujourd’hui mise à rude épreuve.

Il y a quelques jours, pour la première fois depuis sa victoire électorale de 2015, le premier ministre a vu une majorité de Canadiens le désavouer dans un sondage: 56% des citoyens désapprouveraient actuellement sa performance, selon l’institut Angus Reid. Soit à peu près autant que Donald Trump aux Etats-Unis. Pire encore, son parti (les Libéraux) est désormais devancé par leurs rivaux conservateurs dans les intentions de vote. Un signal inquiétant, alors que les partis canadiens esquissent leurs premières manœuvres électorales en vue du scrutin fédéral de 2019.

Qu’est-il arrivé?

Qu’est-il donc arrivé à Justin Trudeau, l’étoile du Nord? Les sondeurs sont unanimes: la controverse autour de sa récente visite en Inde y est pour quelque chose. Fin février, le premier ministre était devenu la risée des réseaux sociaux en s’affichant maladroitement dans des tenues folkloriques indiennes avec sa famille. Pour ne rien arranger, Justin Trudeau commettait de surcroît un impair en invitant un séparatiste sikh à une réception de la délégation canadienne. Le couac est apparu d’autant plus prononcé que, quelques jours plus tard, le président français, Emmanuel Macron, se rendait également à New Delhi et signait un sans-faute diplomatique – et des contrats treize fois plus gros que ceux négociés par Justin Trudeau.

A ce propos: «Le voyage en Inde de Justin Trudeau tourne au cauchemar diplomatique»

Pour autant, les déboires s’accumulent depuis un certain temps déjà pour le Canadien. En novembre dernier, Justin Trudeau était éclaboussé par une affaire d’évasion fiscale liée aux Paradise Papers. En février, il revenait bredouille d’une visite officielle en Chine, au cours de laquelle il escomptait conclure un accord de libre-échange. A cela s’ajoutent les velléités de guerre commerciale de l’administration Trump. Si Ottawa a pu échapper, début mars, aux tarifs sur l’acier et l’aluminium annoncés par Washington, les milieux économiques canadiens ne crient pas victoire: cette «faveur» vise explicitement à tordre un peu plus le bras du Canada dans les actuelles renégociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

La forme et le fond

Toutefois, c’est une critique d’ordre plus général qui revient souvent dans la bouche des Canadiens désenchantés par leur premier ministre: le décalage entre la forme et le fond. Discours écologistes mais soutien massif aux énergies fossiles, lui reproche-t-on à gauche. Promesses de soutien aux petites gens mais augmentation du fardeau fiscal, dénonce-t-on à droite.

«Justin Trudeau augmente de 90% les impôts des familles de la classe moyenne, emprunte 18 milliards de dollars et laisse la dette aux futures générations. Il dépense beaucoup mais accomplit peu pour les Canadiens», tweetait récemment le chef des conservateurs, Andrew Sheer, en référence au budget déficitaire présenté fin février par le gouvernement Trudeau.

En 2016, la belle époque:  Justin Trudeau, plus qu’un plan com

Ironie du sort, ce serait donc les excès de relations publiques de Justin Trudeau qui plomberaient sa popularité. Un diagnostic auquel se joint Rex Murphy, commentateur vedette de la politique canadienne: «L’année 2017 a marqué la descente de Justin Trudeau du statut de célébrité prince-du-selfie à celui de politicien bien trop typique… Ses initiatives ont été vues par tous ses critiques, et par certains de ses alliés, moins comme des politiques que comme des postures», écrivait-il récemment dans une chronique pour le quotidien canadien National Post.

Internationalisme en question

Et sur la scène internationale? Jusqu’ici, la presse étrangère s’est montrée pour le moins laudative envers Justin Trudeau et ses prises de position internationalistes. Face à la montée du nationalisme trumpien, un éditorialiste du New York Times affirmait même il y a quelques mois que le premier ministre avait fait du Canada le nouveau «leader du monde libre».

Jocelyn Coulon, ancien conseiller politique à Ottawa et désormais chercheur à l’Université de Montréal, observe que «face à la vague populiste, Justin Trudeau a représenté un modèle alternatif. Son discours sur la diversité, le respect des droits humains, le libre-échange a résonné très fortement auprès des élites libérales occidentales et d’une partie de l’opinion mondiale.»

Toutefois, estime-t-il, «dans les faits, son gouvernement est resté foncièrement frileux et s’est renié sur plusieurs promesses». Il cite notamment la décision d’Ottawa la semaine dernière de déployer 160 soldats canadiens en appui à la mission de paix de l’ONU au Mali, un geste tardif et «très en deçà» des engagements énoncés sur la question en 2016.

Une politique d’accueil fort serrée

En dépit de gestes symboliques, l’image progressiste du gouvernement Trudeau serait à nuancer, selon le chercheur: «Le Canada accueille des réfugiés syriens, mais à travers un processus de sélection très serré, bien loin de l’hospitalité de l’Allemagne. Ottawa refuse d’augmenter l’aide au développement et ne satisfera pas ses obligations dans le cadre de l’Accord de Paris.»

Pour l’éditorialiste canadien Jonathan Kay, malgré une mauvaise passe, le bilan global de Justin Trudeau reste jusqu’ici positif. Citant de récents accomplissements à l’interne comme la légalisation à venir du cannabis et du suicide assisté, il écrivait la semaine dernière dans le magazine américain Foreign Policy: «Depuis son élection, Trudeau a vu juste sur les grands enjeux, seulement il a commis suffisamment de petites erreurs dernièrement pour engendrer une remise en question.»