Une partie de l’Europe occidentale continue d’étouffer samedi sous une vague de chaleur responsable de feux de forêt dévastateurs. Selon les prévisionnistes, cette dernière pourrait faire tomber plusieurs records de température au début de la semaine prochaine.

Dans le sud-ouest de la France, la mobilisation des pompiers ne faiblissait pas samedi pour fixer les incendies, et particulièrement en Gironde, où près de 9000 hectares de forêt sont partis en fumée depuis mardi, dans un contexte de canicule généralisée où les températures pourraient atteindre les 40 degrés localement, selon Météo-France.

Sur la commune de La Teste-de-Buch, les efforts déployés ont permis de ralentir la progression du feu. «Nous sommes toujours, et c’est une satisfaction, à 3150 hectares brûlés, mais le feu n’est toujours pas maîtrisé», a déclaré à la presse le sous-préfet d’Arcachon Ronan Léaustic, qui a salué l'«énorme intensité et mobilisation» des pompiers dans la nuit «pour conserver ce périmètre».

Des reprises de feu ont eu lieu ces dernières heures du côté des plages de la Lagune et du Petit-Nice au sud de la très touristique dune du Pilat, a précisé le maire de La Teste-de-Buch, Patrick Davet. Ces feux, qui mobilisent un millier de pompiers, ont entraîné depuis mardi l’évacuation de 10 000 personnes.

Lire aussi: Canicule: les cantons romands enchaînent les mises en garde

Légère amélioration au Portugal

Le Portugal connait une relative accalmie, avec un seul incendie important encore actif samedi, dans le nord du pays, entre les communes de Baião et Amarante. En milieu de journée, le feu y progressait au moins sur un front, à flanc d’une colline boisée de cette région vallonnée située en amont du fleuve Douro, ont constaté des journalistes de l’AFP. La veille, un avion bombardier d’eau qui combattait un feu de forêt dans la région de Guarda au Nord s’est écrasé, provoquant la mort du pilote, son unique occupant.

Selon un bilan de la protection civile portugaise, les incendies de la dernière semaine ont fait deux morts et une soixantaine de blessés, et ravagé, depuis le début de la canicule, entre 12 000 et 15 000 hectares de forêt et de broussailles.

Lire aussi: Le Portugal en proie à la canicule et à une série de feux de forêt

En Espagne, des dizaines d’incendies faisaient toujours rage samedi. Dans la région d’Estrémadure un foyer à «l’évolution défavorable», selon le gouvernement régional, a entraîné samedi matin la fermeture d’un tronçon d’autoroute A5. Dans le même temps, à l’extrême-sud en Andalousie, un feu près de Malaga a obligé à l’évacuation préventive de plus de 3000 personnes, selon les services de secours andalous.

En Grèce, les pompiers continuaient de combattre un foyer qui s’est déclaré vendredi matin, provoquant l’évacuation préventive de sept villages dans une zone rurale de la préfecture de Rethymno, sur l’île de Crête.

Le Royaume-Uni en alerte

L’Agence météorologique espagnole a maintenu pratiquement tout le pays sous différents niveaux d’alerte aux températures élevées samedi, avec des valeurs supérieures à 40 degrés dans de nombreuses régions et jusqu’à 44 degrés par endroits. Au Portugal, seule la région de l’Algarve au sud ne se trouvait pas en alerte à la chaleur. Dans le reste du pays, l’Institut météo prévoit samedi des températures pouvant atteindre les 42 degrés par endroits. Le pic de cette vague de chaleur semble avoir été franchi dans la péninsule ibérique, mais le mercure ne devrait descendre sous la barre des 40 degrés qu’en début de semaine prochaine.

Le nord de l’Europe n’est pas à l’abri. Au Royaume-Uni, un comité de crise composé de ministres du gouvernement britannique devait se réunir dans la journée de samedi après que l’agence météorologique nationale a émis la toute première alerte «rouge» pour chaleur extrême, mettant en garde contre un «risque pour la vie». Le Met Office a déclaré que dans le sud de l’Angleterre, les températures pourraient dépasser les 40 degrés pour la première fois lundi ou mardi, pouvant ainsi battre le record de 38,7 degrés datant de 2019.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a conseillé aux Londoniens de n’utiliser les transports publics ces jours-là qu’en cas de «nécessité absolue». Les compagnies ferroviaires ont également invité les passagers à éviter de voyager. Certaines écoles du sud de l’Angleterre ont annoncé aux parents qu’elles resteraient fermées pendant la canicule en début de semaine prochaine.

Cette vague de chaleur est la deuxième en à peine un mois en Europe. La multiplication de ces phénomènes est une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Lire aussi: Réchauffement climatique: en Alaska, la terre brûle et l’hiver s’estompe