L’essentiel

La Suisse compte 2809 cas supplémentaires et trois nouveaux décès.

Une étude de l’Hôpital de l’Île à Berne et de l’Université de Berne révèle que les tests antigéniques rapides ne détectent que deux infections sur trois.

YouTube a indiqué avoir retiré plus d’un million de vidéos contenant de la «désinformation dangereuse sur le coronavirus» depuis le début de la pandémie.

Mercredi, le Conseil fédéral a proposé de rendre le certificat covid obligatoire pour les restaurants, spectacles, cinémas, sports – toutes activités en intérieur. L’ensemble des partis, à l’exception de l’UDC, soutient le Conseil fédéral.

Retrouvez notre suivi de la journée de mercredi.


■ Il y a trop d’indécis, selon le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé

Trop de personnes indécises hésitent à se faire vacciner, estime Lukas Engelberger, le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS). Ce jeudi, à Berne, il a donc déclaré qu’il fallait continuer à investir massivement dans la campagne de vaccination.

«Jusqu’aux vacances, on a laissé la place aux candidats au vaccin volontaires et cela a marché, rappelle-t-il. On s’y attendait, maintenant on doit stimuler.» Au vu de l’augmentation des cas et des hospitalisations depuis juillet, Lukas Engelberger a évoqué la possibilité de se faire inoculer le vaccin dans des cabinets médicaux ou des pharmacies.

Aux soins intensifs, un quart des malades sont des patients Covid. C’est triste quand des non vaccinés sont aux soins intensifs, voire décèdent. Mais il y a aussi une autre dimension: les vaccinés qui doivent aller aux soins intensifs pour d’autres raisons comme un accident ont droit à des soins de qualité.

Lukas Engelberger a aussi souligné qu’outre la vaccination, les tests, le traçage des contacts et l’isolation restent importants pour lutter contre la pandémie. Quant à l’extension de l’obligation de présenter le certificat Covid mise en consultation mercredi par le Conseil fédéral, le président a réitéré le soutien de la CDS à cette mesure «pour éviter la surcharge des hôpitaux et des mesures alternatives qui réduiraient la liberté des vaccinés».


■ Les Etats-Unis envoient plus de deux millions de doses à trois pays

Les deux millions de doses de vaccin anti-Covid extraites du surplus des réserves américaines, doivent arriver d’ici la fin de la semaine, selon un responsable de la Maison Blanche. Elles seront les premières offertes par les Etats-Unis à l’Algérie (604 800 doses), au Ghana (151 200 doses Johnson & Johnson), et au Yémen (1,2 million de doses Moderna).

Tous les envois sont effectués à travers le système Covax, le distributeur soutenu par l’Organisation mondiale de la santé et l’Alliance du vaccin. Avec ces dernières cargaisons, le nombre total de doses livrées par les Etats-Unis au continent africain s’élèvera à plus de 25 millions, pointe ce même responsable de la Maison Blanche.

L’Afrique se trouve en plein cœur d’une troisième vague de contaminations, et accuse un retard conséquent dans la course à la vaccination de masse. Moins de 2% de la population est entièrement vaccinée, certains pays ayant même dû détruire des doses inutilisées en raison du manque d’infrastructures sanitaires, mais aussi d’un fort scepticisme anti-vaccin.


■ Jacinda Ardern défend sa stratégie «zéro Covid»

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a défendu ce jeudi la stratégie mise en place, alors que la propagation du variant Delta met à mal l’efficacité d’une politique «zéro covid» jusque-là couronnée de succès. Celle-ci consiste à fermer les frontières, confiner, tracer et tester les cas contact jusqu’à l’élimination totale du virus sur le territoire.

Un cas de ce variant beaucoup plus contagieux a été découvert à Auckland la semaine dernière, mettant fin à six mois sans aucun cas de contamination d’origine locale. Cette infection a donné naissance au plus grand foyer du pays depuis le début de la pandémie: 277 cas enregistrés ce jour.

Jacinda Ardern estime, en s’appuyant sur les conseils d’experts, que le variant peut être éradiqué de son pays. «De leur point de vue, non seulement c’est possible, mais c’est la meilleure stratégie», souligne-t-elle. Elle a également rappelé le succès de cette politique anti-Covid: la Nouvelle-Zélande ne compte que 26 morts du coronavirus depuis le début de la pandémie pour une population de 5 millions d’habitants.

Le ministre chargé de la lutte contre le Covid-19, Chris Hipkins a quant à lui déclaré que la situation actuelle soulevait de «grandes questions» sur l’efficacité de la stratégie.


■ Les autotests rapides ne sont pas assez efficaces chez les personnes asymptomatiques

L’autotest rapide antigénique approuvé en Suisse a donné de mauvais résultats lors d’une comparaison directe avec les tests PCR. Parmi 141 personnes infectées par le coronavirus, il n’a détecté que deux infections sur trois. Ses résultats sont encore plus mauvais chez les personnes infectées ne présentant pas de symptômes: il n’a permis de détecter que 44% des personnes positives, décelées par le test PCR.

Les résultats publiés dans la revue spécialisée International Journal of Infectious Diseases s’écartent considérablement des indications du fabricant, indique ce jeudi l’Hôpital de l’Île à Berne et l’Université de Berne dans un communiqué. Actuellement, environ 130 000 autotests rapides sont effectués chaque semaine en Suisse, ajoutent les deux institutions.


■ Un homme jugé à Zurich pour avoir refusé de porter un masque dans un train

Le tribunal de district de Zurich a condamné ce jeudi un homme de 27 ans pour refus de porter un masque de protection dans un train. Le prévenu, qui s’est présenté sans masque au tribunal, contestait la légalité de cette mesure et même l’existence du virus.

L’inculpé écope d’une amende de 100 francs pour infraction à l’ordonnance Covid, à laquelle s’ajoutent 1100 francs de frais de justice. Plutôt que de porter un masque au moins pendant la lecture du verdict, l’accusé a préféré rentrer chez lui. Le jugement a donc été rendu devant une chaise vide.

Il s’est notamment fondé sur l’arrêt du Tribunal Fédéral de juillet dernier: il existe une base légale suffisante pour ordonner le port obligatoire du masque.


■ Le Danemark étudie une complication inflammatoire comme éventuel effet secondaire

L’agence danoise du médicament a annoncé ce jeudi examiner un éventuel lien entre le «syndrome PIMS» – ou syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique – et la vaccination anti-Covid après un cas suspect rapporté début août chez un adolescent. Celui-ci n’avait pas le Covid mais avait été vacciné avec le sérum Pfizer/BioNTech. Il est depuis guéri.

L’agence danoise du médicament, en collaboration avec l’agence européenne des médicaments «cherche à savoir si un état inflammatoire rare, le PIMS, précédemment observé comme un effet secondaire du Covid-19 chez les enfants et les adolescents, peut également survenir à la suite d’une vaccination», écrit-elle dans un communiqué.

Selon elle, «un lien avec le vaccin n’a pas été documenté, mais il ne peut pas non plus être exclu.» Cette enquête en cours ne modifie néanmoins pas les recommandations des autorités sanitaires qui appellent les plus de 12 ans à se faire vacciner contre le Covid-19.


■ Pfizer/BioNTech s’allient avec Eurofarma pour produire des vaccins en Amérique latine

Selon les termes de l’accord, le nouveau partenaire brésilien Eurofarma des deux laboratoires va s’approvisionner en sérums aux Etats-Unis et effectuer les opérations de flaconnage à partir de 2022, détaille un communiqué de l’alliance jeudi. «A pleine capacité opérationnelle, la production annuelle est attendue au-delà de 100 millions de doses», prévoit-elle, ajoutant que l’ensemble de ces doses seront distribuées exclusivement en Amérique latine.

Grâce à cet accord, la chaîne de fabrication de l’alliance va désormais s’étendre sur quatre continents et comprendra 20 sites de fabrication, précisent par ailleurs les deux laboratoires. Le continent sud-américain est très lourdement touché par le Covid-19.


■ Hausse des infections et des hospitalisations en Suisse

Le dernier rapport hebdomadaire de l’OFSP indique que les infections et les hospitalisations liées au Covid-19 augmentent. Le nombre de décès est passé de 14 à 23, mais reste en dessous de 1 pour 100 000 habitants.

En Suisse et au Liechtenstein, 17 963 cas ont été déclarés pour la semaine du 16 au 22 août, contre 14 204 pour la semaine précédente. Le nombre de cas a ainsi augmenté nettement par rapport à la semaine précédente (+27%). L’incidence était de 208 pour 100 000 habitants, contre 164 une semaine auparavant. Les jeunes de 20 à 29 ans sont la classe d’âge la plus touchée, avec plus de 400 cas pour 100 000 habitants.

Doublement aux soins intensifs. Pour la semaine sous revue, 446 nouvelles hospitalisations en lien avec le SARS-CoV-2 ont jusqu’ici été déclarées. Une semaine auparavant, au même moment, il y en avait 289. La plupart des personnes hospitalisées ont entre 50 et 59 ans. Cette même semaine, 166 patients atteints du Covid-19 en moyenne se trouvaient dans une unité de soins intensifs, soit une hausse de 98% par rapport à la semaine précédente (84).


■ Le Canton de Vaud recommande la vaccination aux jeunes dès 12 ans

Les autorités recommandent la vaccination des jeunes âgés de 12 à 15 ans, suivant ainsi les avis de l’OFSP et de la Commission fédérale pour les vaccinations. Un congé de deux heures sera accordé aux élèves qui le souhaitent pour se faire vacciner.

La vaccination était déjà possible pour les jeunes âgés de 12 à 15 ans depuis le 22 juin 2021. En tout, 21% de cette classe d’âge a reçu au moins une dose dans le canton de Vaud. «Le bilan à ce stade de la campagne est excellent et aucun effet indésirable majeur n’a été signal», écrivent les autorités dans un communiqué.

Les autorités recommandent désormais la vaccination en raison de la transmissibilité accrue du variant Delta parmi toutes les tranches d’âges, les jeunes y compris. C’est également une manière de réduire les conséquences sociales et psychologiques des mesures qui pèse sur les plus jeunes, comme l’isolement ou la quarantaine, explique le Canton de Vaud.


■ Près de soixante malades hospitalisés en 24 heures

Les principales informations du rapport quotidien de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP):

  • La Suisse compte jeudi 2809 cas supplémentaires.
  • On déplore trois décès supplémentaires et 59 malades ont été hospitalisés.
  • Les résultats de 26 979 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 10,41%.
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 33 928, soit 392,47 nouvelles infections pour 100 000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est de 1,21.
  • Les patients Covid-19 occupent 27,20% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 80,90%.

Concernant la vaccination. Au total 9 522 117 doses de vaccin ont été administrées et 51,18% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu’à présent 10 799 700 doses de vaccins.


■ Test obligatoire pour les soignants vaudois non vaccinés

Les employés des institutions sanitaires vaudoises (hôpitaux, EMS, soins à domicile, etc) devront se soumettre à des tests hebdomadaires s’ils ne sont pas vaccinés ou guéris du Covid-19. Les visiteurs de patients à l’immunité amoindrie sont aussi concernés. Ces mesures, qui entrent en vigueur le 15 septembre, visent «à protéger des personnes particulièrement fragiles», annonce l’Etat de Vaud. Il ajoute que sa décision est justifiée par «un intérêt public prépondérant selon la loi sur les épidémies.»

Les tests doivent être «au minimum» effectués tous les sept jours, indique l’arrêté du Conseil d’Etat. Il y précise que les institutions sont tenues de vérifier que leur personnel respecte les dispositions. Elles peuvent «tenir, de manière confidentielle, une liste actualisée de leur personnel vacciné ou guéri, afin de faciliter le contrôle et l’application du dispositif», poursuit le texte.

Concernant les visiteurs et les accompagnants, la mesure touche les personnes de plus de 16 ans. Elle s’applique à certains secteurs particulièrement exposés, comme l’oncologie, les soins intensifs, l’hématologie ou la transplantation.


■ Hausse des inscriptions pour la vaccination en Valais

Le nombre d’inscriptions pour obtenir un rendez-vous dans un centre de vaccination a doublé mercredi en Valais, jour de la conférence de presse du Conseil fédéral annonçant la possible extension du certificat covid à différents lieux de loisir, comme les restaurants ou les cinémas. Les autorités sanitaires ont enregistré 616 inscriptions rien que durant la journée de mercredi, alors qu’elles ont comptabilisé 1912 inscriptions pour toute la semaine dernière.

«Nous constatons un regain de la demande depuis la mi-août, que nous attribuons principalement à la fin de la période estivale», indiquent les autorités valaisannes. «Nous nous attendons à un nombre d’inscriptions plus élevé ces prochains jours et sommes prêts à adapter nos capacités si nécessaire», assurent-elles.


■ Nouveau record de décès quotidiens en Russie

Selon le bilan quotidien fourni par le centre de crise du gouvernement russe, 820 personnes sont mortes du coronavirus ces 24 dernières heures. Au total, 179 243 personnes ont péri des suites du Covid-19 depuis le début de la pandémie, selon les chiffres du gouvernement. L’agence russe des statistiques Rosstat, qui a une définition plus large de ce qui constitue une mort liée au nouveau coronavirus, fait état de plus de 300 000 morts à la fin juin 2021. La Russie a également enregistré 19 630 nouveaux cas de contamination en 24 heures, un chiffre en baisse ces derniers jours, portant leur nombre total à plus de 6,8 millions.

La vague épidémique causée par le variant Delta est d’autant plus meurtrière – au moins 21 000 morts pour le seul mois de juin selon Rosstat – que les Russes ne s’empressent pas de se faire vacciner, sur fond de méfiance à l’égard des sérums mis au point par la Russie, à l’instar du Spoutnik V.


■ L’emploi rebondit en Suisse au 2e trimestre

Au 2e trimestre 2021, l’emploi total, soit le nombre de postes occupés, a légèrement progressé de 0,6% par rapport au trimestre correspondant de l’année précédente. Ce résultat est dû à l’augmentation de l’emploi dans le secteur tertiaire. L’augmentation la plus marquée se trouve dans la section «Services aux entreprises» (+37 000 postes; +4,7%). Elle est liée à l’évolution dans le domaine des emplois temporaires (+36 000 emplois; +32,9%), où le nombre de places a fortement augmenté après avoir accusé de nettes baisses durant les trimestres précédents.

La section «hôtellerie et restauration» reste touchée par les mesures de lutte contre la pandémie. Dans ce secteur, l’emploi a de nouveau reculé (–19 000 places; soit – 8,3%). Dans l’ensemble de l’économie, on dénombre 24 300 places vacantes de plus qu’un an auparavant (+39,7%). Tels sont les derniers chiffres établis par l’Office fédéral de la statistique (OFS).


■ Le semi-confinement a contribué à améliorer l’air en Valais

Les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ont entraîné une diminution du trafic routier et une baisse du niveau de dioxyde d’azote dans l’air en Valais.

Selon le rapport sur la protection de l’air, les niveaux de particules fines et de dioxyde d’azote ont «rarement dépassé les valeurs limites journalières» en 2020 en Valais. En ce qui concerne le dioxyde d’azote (NO2), «la valeur limite annuelle de 30 μg/m3 est respectée depuis 2013 sur l’ensemble du territoire auprès des stations de mesure du réseau Resival»; à Sion par exemple, elle est respectée pour la seconde fois en 2020, «mais à l’aide des effets de diminution du trafic routier provoquée par les mesures sanitaires» liées à la pandémie de Covid-19, souligne le rapport.

Quant aux particules fines PM10 elles ont dépassé neuf fois la limite journalière. «Les incursions de sable du Sahara en janvier, février et novembre expliquent huit des neuf dépassements enregistrés», note l’Etat du Valais dans un communiqué.


■ Les dons aux œuvres caritatives ont augmenté durant la pandémie

Les organisations de bienfaisance ont reçu plus de 2 milliards de francs de dons en 2020. La grande solidarité de la population suisse a permis de compenser les pertes de recettes subies par les œuvres de bienfaisance en raison de la pandémie, explique la fondation Zewo dans un communiqué. Les ménages privés ont donné environ 10% de plus pendant l’année du coronavirus 2020 qu’avant la pandémie.


■ Obligation de dépistage pour le personnel de l’Hôpital du Jura

L’Hôpital du Jura va imposer dès le 1er septembre un test hebdomadaire au personnel non vacciné ou non immunisé. Cette obligation restera en vigueur jusqu’au 31 mars 2022, à moins qu’une amélioration de la situation permette d’y renoncer.

Pour lutter contre la hausse des cas d’infections, l’établissement hospitalier demandera également un certificat covid aux visiteurs des sites de Delémont et de Porrentruy, dès 16 ans. Ce document n’est à ce stade pas exigé pour les EMS, explique jeudi l’Hôpital du Jura.


■ Recul marqué du PIB suisse en 2020

Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse a reculé de 2,4% en 2020 aux prix de l’année précédente, a annoncé l’Office fédéral de la statistique (OFS). La pandémie a engendré un recul important de la demande intérieure et des échanges avec l’étranger.

Les dépenses finales des ménages se sont contractées de 3,7% par rapport à 2019: du jamais vu depuis la Seconde guerre mondiale, selon l’OFS. Les restaurants et hôtels, les transports, l’habillement, ainsi que les loisirs et la culture ont été frappés par d’importantes baisses. En revanche, les dépenses alimentaires et, dans une moindre mesure, de santé ont progressé.


■ 3e dose dès septembre pour les résidents des Ehpad (EMS) en France

En France, les résidents des maisons de retraite pourront recevoir une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 à partir du 13 septembre. Les plus de 65 ans et les personnes présentant des comorbidités pourront, elles, dès le 1er septembre, reprendre rendez-vous pour avoir leur 3e dose, comme recommandé par la Haute autorité française de santé.


■ France: pas de passe sanitaire en entreprise

L’instauration du passe sanitaire dans toutes les entreprises en France «n’est pas d’actualité», a assuré le Premier ministre français Jean Castex dans une interview à la radio RTL, donnant la «priorité» à la campagne de vaccination. «Au moment où je m’exprime, le passe sanitaire dans l’entreprise n’est pas d’actualité», a déclaré le chef du gouvernement. Le passe sanitaire «est un outil parmi d’autres» mais «la finalité c’est la vaccination», a-t-il insisté.


■ Des doses de vaccin Moderna en suspens au Japon

Le Japon a annoncé suspendre l’utilisation de 1,63 million de doses du vaccin de la biotech américaine Moderna, après des signalements de la présence d’impuretés dans trois lots distribués dans le pays.

Le groupe pharmaceutique nippon Takeda, qui importe et distribue au Japon le vaccin de Moderna, a déclaré dans un communiqué avoir reçu «des signalements de plusieurs centres de vaccination, selon lesquels des corps étrangers ont été découverts dans des tubes de vaccin scellés venant de lots spécifiques».


■ Désinformation, un million de vidéos supprimées par YouTube

YouTube a indiqué avoir retiré plus d’un million de vidéos contenant de la «désinformation dangereuse sur le coronavirus» depuis le début de la pandémie.

Selon Neal Mohan, directeur du secteur «produits» de la plateforme, maintenant, «quand les gens cherchent les nouvelles ou des informations, ils obtiennent des résultats optimisés en matière de qualité et non de sensationnalisme». La question de la désinformation autour du Covid-19 et des vaccins a pris de telles proportions qu’en juillet, le président américain Joe Biden avait estimé que Facebook et d’autres plateformes «tuaient» des gens en laissant circuler de fausses informations.

Nous retirons près de 10 millions de vidéos par trimestre, dont la majorité n’atteint même pas les dix vues

Neal Mohan, directeur du secteur «produits» de YouTube.

Neal Mohan a néanmoins admis que dépister les contenus trompeurs n’était pas toujours évident. «Pour le Covid-19, nous nous basons sur le consensus des experts des organisations de la santé. Mais dans la plupart des autres cas, la désinformation est plus difficile à évaluer.»


■ Nombre de cas records en Australie

L’Australie a enregistré plus d’un millier de contaminations, une première depuis le début de la pandémie, due à la propagation du variant Delta à Sydney. La Nouvelle-Galles du Sud a enregistré un chiffre record de 1039 cas en 24 heures.

Malgré ces chiffres en augmentation et la pression croissante sur les hôpitaux, la première ministre de Nouvelle-Galles du Sud Gladys Berejiklian a annoncé un léger assouplissement des restrictions pour les personnes vaccinées à partir de mi-septembre. Lorsque 70% des huit millions d’habitants de cet Etat seront entièrement vaccinés, les rassemblements de cinq personnes seront autorisés en extérieur dans les zones non sensibles.

Plus de la moitié des 25 millions d’Australiens sont actuellement en confinement, dont les habitants de Sydney contraints de rester chez eux depuis plus deux mois. La campagne de vaccination, d’abord très lente, s’est accélérée ces dernières semaines.