L’essentiel

Mises en consultations, les mesures sanitaires sont globalement approuvées par les cantons. Toutefois, ces derniers ne souhaitent pas les prolonger jusqu’à fin mars.

L’Autriche va rendre obligatoire début février la vaccination pour les adultes.

Face aux absences liées à la crise sanitaire, les TPG doivent réduire temporairement leur offre faute de personnel.

Lire: Emmanuel Macron a (presque) gagné, le pass vaccinal est voté

Retrouvez notre suivi de la j ournée de dimanche.


■ Le Canada approuve la pilule anti-Covid de Pfizer

Le ministère canadien de la Santé a annoncé lundi qu’il autorisait l’utilisation du traitement viral anti-Covid de Pfizer, commercialisé sous le nom de Paxlovid. Ce médicament antiviral pourra être administré aux «adultes atteints d’une forme légère ou modérée de Covid-19 présentant un risque élevé d’évolution vers une maladie grave, notamment un risque d’hospitalisation ou de décès», selon un communiqué. «Aucun médicament, pas même Paxlovid, ne peut remplacer la vaccination», prévient toutefois le ministère.


■ Les cantons demandent un prolongement des mesures jusqu’à fin février au lieu de fin mars

Dans l’ensemble, les cantons sont favorables aux mesures de lutte contre le coronavirus mises en consultation par le Conseil fédéral jusqu’à lundi. Le gouvernement avait renforcé le 17 décembre les mesures: règle des 2G (vacciné ou guéri) dans les espaces intérieurs, 2G + (vacciné ou guéri + test négatif) s’il n’est pas possible de porter un masque ou de consommer assis, restrictions dans le cercle privé, télétravail obligatoire, ou encore masques dès le secondaire II. Ces mesures devraient être prolongées jusqu’à fin février, et non jusqu’à fin mars et l’enseignement devrait rester en présentiel au degré tertiaire.

Les cantons latins acceptent de prolonger ces mesures jusqu’à la fin février seulement et de faire le point à ce moment-là. «Il est prématuré de prendre des engagements jusqu’à la fin mars tant que l’évolution de l’incidence du variant Omicron n’est pas connue», écrivent les autorités fribourgeoises. Le Valais propose de réévaluer la situation à la mi-février déjà.

En Suisse alémanique aussi, la plupart des cantons demandent de faire le point à la fin février. Seuls Zurich, Argovie, Soleure, Lucerne et Obwald sont d’accord de déjà fixer l’échéance à fin mars, moyennant la possibilité d’adapter plus tôt les mesures suivant l’évolution de la pandémie.

Le Conseil fédéral propose aussi de réduire la validité du certificat de vaccination et de guérison de 12 à 9 mois à partir du 1er février. Les cantons saluent cette réduction, qui doit permettre de s’aligner avec la norme européenne. Fribourg prône, lui, une approche différenciée: une réduction à 9 mois pour les déplacements internationaux, mais le maintien à une année en Suisse.


■ Le rappel annuel combiné covid-grippe annuel de Moderna «pas avant l’automne» 2023

Moderna estime pouvoir offrir sa dose de rappel annuel à la fois contre le Covid-19, la grippe et le VRS (virus respiratoire syncytial, infectant les poumons et les voies respiratoires) «dans le meilleur des cas à l’automne 2023», a déclaré lundi son directeur général.

«Je ne pense pas que ce sera dans tous les pays, mais nous sommes convaincus que c’est possible dans certains pays l’année prochaine», a déclaré Stéphane Bancel, le directeur général du laboratoire qui fabrique l’un des deux vaccins anti-Covid-19 les plus efficaces et basés sur la technologie de l’ARN messager.

Il a indiqué, lors d’une table ronde virtuelle du Forum économique mondial, que les essais pour le VRS étaient en phase III (qui permet d’évaluer l’intérêt thérapeutique du traitement sur un nombre de patients beaucoup plus important) et que ceux du vaccin à ARN messager contre la grippe étaient en phase II (qui démontre l’efficacité du traitement).


■ Novak Djokovic arrive à Belgrade après son expulsion d’Australie

Le N.1 mondial de tennis Novak Djokovic est arrivé à Belgrade lundi après avoir été expulsé d’Australie, épilogue d’une longue saga autour de son statut vaccinal qui le prive de la possibilité de tenter une 10e victoire à l’Open d’Australie.

Selon deux sources à l’aéroport de Belgrade, le Serbe de 34 ans est arrivé dans la capitale du petit pays des Balkans à la mi-journée mais a immédiatement quitté l’infrastructure par une porte dérobée.


■ La Suisse compte 67 906 nouveaux cas en trois jours

Le dernier bilan de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) du 17 janvier fait état de 67 906 nouveaux cas confirmés en 72 heures. Lundi passé, ce chiffre s’élevait à 63 647 cas, soit une différence de 4259 cas.

Depuis vendredi, il y a 233 nouvelles hospitalisations liées au Covid-19 et 30 décès supplémentaires. Le taux d’occupation des unités de soins intensifs s’élève à 74%. Les patients Covid-19 occupent 31,30% des places disponibles dans ces unités.

Quarantaines: Selon l’OFSP, 162 958 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 51 699 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Vaccinations: Au total, 67,87% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,22%, indique l’OFSP. Par ailleurs, 70,74% des personnes âgées de 65 ans et plus et 34,33% de la population ont déjà reçu une dose de rappel.


■ Pas de vente de billets en vue des Jeux olympiques de Pékin 2022

Il était établi depuis la fin du mois de septembre dernier qu’il n’y aurait pas de spectateurs étrangers lors des épreuves des Jeux olympiques de Pékin, du 4 au 20 février prochain. Ce lundi, le comité d’organisation a décidé qu’il n’y aurait pas, non plus, de vente de billets en Chine «en raison de la situation grave et compliquée liée au Covid-19», indique un communiqué.

Il y aura pourtant des gens pour applaudir les athlètes: des «groupes d’invités» qui se plieront aux plus strictes mesures de prévention «avant, pendant et après» les compétitions auxquelles ils assisteront. L’été dernier, les Jeux olympiques de Tokyo s’étaient déroulés quasiment sans public.
L. Pt


■ Faute de personnel, les TPG réduisent leur service

La crise sanitaire oblige les Transports publics genevois (TPG) à adapter de manière temporaire leur offre sur le réseau urbain, en semaine pour une période limitée. Effective à partir du 24 janvier 2022, la mesure concerne uniquement les réseaux de tramways et de trolleybus. Elle est due à un manque récurrent de personnel.


■ Davantage d’enfants maltraités pendant la pandémie à Zurich

Le groupe de protection de l’enfance de l’hôpital universitaire pédiatrique de Zurich a recensé un nombre record de cas suspects de maltraitance d’enfants en 2021. Au total, 625 cas ont été signalés, soit 33 de plus que l’année précédente.

Pour le groupe de protection de l’enfance, la cause de cette hausse est «évidente»: la pandémie «met souvent une pression supplémentaire sur les familles ayant des problèmes psychiques préexistants, mais d’autres familles rencontrent également des difficultés psychosociales».

Une «nette augmentation» des cas de maltraitance psychique et de négligence psychologique a été constatée. Cette hausse «laisse supposer que le nombre de cas non déclarés est également très élevé», souligne le service hospitalier pédiatrique. Le nombre de cas de maltraitance sexuelle a légèrement diminué et les cas de maltraitance physique sont légèrement moins nombreux pour la première fois depuis des années.

Lire aussi: Violence domestique et confinement: le risque d’explosion


■ AGILE.CH veut inscrire le triage des patients dans la législation

Deux ans après le début de la pandémie, AGILE.CH relance ses exigences pour mieux protéger les personnes en situation de handicap face à la crise sanitaire. La faîtière demande désormais à ce que le triage des patients soit ancré dans la législation, comme l’a décidé fin décembre le Tribunal fédéral constitutionnel d’Allemagne. AGILE.CH y voit l’avantage de renforcer la protection des personnes en situation de handicap dans leur droit constitutionnel à la vie et à l’intégrité physique, écrit-elle.

«Un postulat allant dans ce sens a été déposé en 2020 par la conseillère aux Etats Maja Graf (Verts/BL), qui l’a retiré après rejet du Conseil fédéral», précise à l’agence Keystone-ATS Catherine Rouvenaz, porte-parole pour la Suisse romande d’AGILE.CH. «Nous soutiendrons toute nouvelle intervention parlementaire allant dans ce sens.»

Pour mémoire, en pleine seconde vague de coronavirus, les organisations AGILE.CH et Inclusion Handicap avaient contesté la discrimination des personnes en situation de handicap dans le cadre du triage. A la suite de quoi l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM) avait revu les directives de triage à la mi-décembre 2020, excluant explicitement l’utilisation de l’échelle de fragilité pour les personnes en situation de handicap.

Relire: Le Covid-19 chamboule la vie des personnes handicapées

L’organisation s’inquiète également des règles 2G et 3G pour le personnel assistant, qui peuvent priver les personnes handicapées d’accès à de nombreux lieux publics ou à leurs activités si leurs assistants ne sont pas vaccinés. «C’est la raison pour laquelle nous demandons au Conseil fédéral la gratuité des tests pour les personnes assistantes», poursuit Catherine Rouvenaz. Selon les données de l’Office fédéral de la statistique, fin novembre 2021, plus de 1,8 million de personnes en situation de handicap vivaient en Suisse.


■ L’OIT revoit à la baisse ses prévisions sur la relance de l’emploi

L’Organisation internationale du travail (OIT) revoit à la baisse ses prévisions sur la relance du marché du travail dans le monde pour cette année. Lundi à Genève, elle a affirmé anticiper un impact de la pandémie, en équivalents plein-temps, à 52 millions d’emplois.


■ Pataquès en France autour de Roland-Garros 2022

Dimanche soir, la Fédération française de tennis disait travailler avec les autorités sur «l’accueil des sportifs étrangers non-vaccinés». La ministre française des Sports Roxana Maracineanu a en effet évoqué le 7 janvier la mise en place d’une «bulle sanitaire» qui permettrait aux joueurs non-vaccinés (3% du Top 100 masculin, selon l’ATP) de jouer le tournoi du Grand Chelem sur terre battue.

Mais changement de discours ce matin: «Il n’est pas question que Djokovic joue Roland-Garros s’il n’est pas vacciné» a affirmé sur la radio RMC le président du groupe La République En Marche à l’Assemblée Nationale, Christophe Castagner.

Tout sportif, y compris professionnel, qui vient pour une compétition en France, comme prochainement pour le tournoi des Six Nations, devra être vacciné contre le Covid-19 pour entrer dans une enceinte sportive, a appris lundi l’AFP de sources gouvernementales. Le pass vaccinal s’appliquera aussi aux sportifs étrangers qui viennent pour des compétitions.


■ Nette baisse des nouvelles contaminations en France

C’est ce qui ressort des chiffres officiels diffusés dimanche soir. La situation est restée stable dans les services de soins critiques, le nombre total d’hospitalisations est en hausse mais le nombre de nouveaux cas recensés a décru sur la semaine, avec 278 129, contre 296 097 le dimanche précédent.


■ En Chine, les cas quotidiens au plus haut depuis deux ans à trois semaines des JO

Les athlètes et les représentants ont déjà commencé à arriver dans la capitale en prévision des Jeux, entrant immédiatement dans une bulle étroitement contrôlée qui les sépare entièrement du reste de la population.

Après la détection d’un cas local d’Omicron à Pékin au cours du week-end, les autorités ont renforcé les réglementations pour les personnes arrivant dans la capitale depuis d’autres régions de Chine.

Pékin exige désormais un test négatif avant le voyage et un test de suivi après l’arrivée, les habitants étant invités à ne pas quitter la ville pendant les prochaines vacances du Nouvel An lunaire.

Mais 223 nouveaux cas ont été signalés ce lundi dans le pays, dont 80 dans la ville portuaire de Tianjin, touchée par le virus, et neuf autres, dont des cas d’Omicron, à Canton, dans le sud du pays. Soixante-huit autres cas ont été signalés dans la province centrale du Henan, où des mesures de confinement partiel et une campagne massive de tests ont été mis en place pour plusieurs millions de résidents.

La Chine, où le virus est apparu pour la première fois fin 2019, s’accroche à une politique draconienne de tolérance zéro face au coronavirus, au moment où le reste du monde rouvre ses frontières.

Mais cette politique est mise à rude épreuve ces dernières semaines avec de multiples foyers de contamination à travers le pays.


■ Djokovic a atterri à Dubaï après son expulsion d’Australie

Novak Djokovic devait être la tête d’affiche du match d’ouverture de l’Open d’Australie lundi, mais le Serbe non vacciné contre le Covid-19 ne défendra pas son titre après le rejet par la cour fédérale d’Australie de son recours contre l’annulation de son visa, amenant à son expulsion du pays. Il a quitté Melbourne avec ses entraîneurs dimanche à 22h51 (12h51 en Suisse).

Lire aussi: Novak Djokovic peut-il tout perdre?

Ce départ sans gloire, alors qu’il aspirait à un dixième titre à l’Open d’Australie et à un 21e titre en Grand Chelem, synonyme de record, est l’épilogue d’un feuilleton de onze jours, mêlant politique et diplomatie sur fond d’opposition à la vaccination anti-Covid-19.


■ Le parlement français adopte le projet de loi instaurant le pass vaccinal

Le texte a été adopté par 215 voix contre 58, et 7 abstentions. Les parlementaires socialistes ont prévu de saisir le Conseil constitutionnel pour garantir le respect des «libertés fondamentales», ce qui va repousser de quelques jours la promulgation du projet de loi.

Lire aussi: Emmanuel Macron a (presque) gagné, le pass vaccinal est voté

Il faudra alors pouvoir justifier d’un statut vaccinal pour accéder aux activités de loisirs, restaurants et bars, foires ou transports publics interrégionaux. Un test négatif ne suffira plus, sauf pour accéder aux établissements et services de santé. Le nouveau pass ne s’appliquera qu’à partir de 16 ans, les mineurs de 12 à 15 ans restant eux soumis à l’obligation de présenter l’actuel pass sanitaire.