Le capitaine Ibrahim Traoré, auteur d'un putsch vendredi au Burkina Faso, a officiellement été désigné mercredi président du Burkina Faso. «Le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) assure les fonctions de chef de l'Etat, chef suprême des forces armées nationales», indique une déclaration intitulée Acte fondamental, qui complète la Constitution du Burkina, «en attendant l'adoption d'une charte de la transition» et la désignation d'un président de transition par des «Assises nationales». Cette déclaration a été lue par le capitaine Kiswendsida Farouk Azaria Sorgho, porte-parole du MPSR, la junte au pouvoir, lors d'une émission spéciale à la télévision nationale.

Lire aussi: L’ombre russe plane sur le nouveau coup d’Etat au Burkina Faso

Le capitaine Traoré a assuré, lundi, sur la radio RFI qu'il ne ferait qu'expédier «les affaires courantes» jusqu'à la désignation d'un nouveau président de transition civil ou militaire par des «Assises nationales» rassemblant les forces politiques, sociales et de la société civile, qui devront se réunir «bien avant la fin de l'année», selon lui.

L'Acte, adopté mercredi, précise qu'en «attendant la mise en place des organes de la transition», le MPSR «est garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire, de la permanence et de la continuité de l'Etat, du respect des traités et accords internationaux auxquels le Burkina Faso est partie».

Il a renversé, vendredi, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, lui-même arrivé par la force au pouvoir en janvier 2022 en renversement le président élu Roch Marc Christian Kaboré. La Constitution, suspendue après le putsch de vendredi, a été rétablie et «s'applique à l'exception de ses dispositions contraires» à l'Acte fondamental.

Une situation sécuritaire dégradée

Ibrahim Traoré, 34 ans, devient le plus jeune chef d'Etat au monde, devant le Chilien Gabriel Boric, 36 ans. Il prend la tête d'un Etat meurtri par la guerre depuis 2015, et a en partie justifié son coup de force en reprochant à son prédécesseur Damiba «la dégradation continue de la situation sécuritaire».

Les attaques régulières de groupes armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI) ont fait des milliers de morts et provoqué le déplacement de quelque deux millions de personnes. Une majorité du territoire échappe au contrôle de l'Etat, notamment du côté des frontières avec le Mali et le Niger.

La Cédéao «confiante»

Ibrahim Traoré a reçu, mardi, une délégation de la Communauté des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao), venue évaluer la situation quelques jours après le putsch. Elle est repartie «confiante», selon l'ancien président nigérien Mahamadou Issoufou, membre de la délégation et médiateur de la Cédéao pour le Burkina.

Lire encore: La mission de la Cédéao repart «confiante» du Burkina Faso

Mahamadou Issoufou a jugé que le Faso avait été «au bord du gouffre» après un week-end de troubles et d'incertitude quant à l'acceptation du putsch par le lieutenant-colonel Damiba, qui s'est d'abord opposé à sa destitution avant de finalement démissionner et quitter le pays dimanche.

Le capitaine Traoré, à l'issue de la rencontre avec la Cédéao mardi soir, avait assuré que Ouagadougou continuerait à respecter ses engagements pris sous Paul-Henri Sandaogo Damiba vis-à-vis de la Cédéao, en particulier sur l'organisation d'élections et un retour de civils au pouvoir au plus tard en juillet 2024.

Des manifestations contre la France et pour un renforcement de la coopération militaire avec la Russie, dont l'influence ne cesse de croître dans plusieurs pays d'Afrique francophone dont le Mali voisin, se sont également tenues durant le week-end. Des bâtiments représentant les intérêts de la France, dont l'ambassade à Ouagadougou, ont été pris à partie par les manifestants.