M. Yuan désherbe un petit lopin de terre entouré de briques, devant le mur de sa maison à cour carrée. «Cette usine, elle ne nous a jamais rien apporté de bon, c’est tant mieux qu’elle s’en aille enfin», dit-il en pointant le doigt vers un grand mur de tôle qui fait face à son village. L’usine en question, c’est celle de Tianzhu Steel, une des principales aciéries de la ville de Tangshan, la «capitale de l’acier» chinoise. L’entreprise est en train de déménager vers une vaste zone industrielle du district de Caofeidian, au bord de la mer, à une centaine de kilomètres plus à l’est. Sa voisine, Mme Xu, ne regrettera ni l’air vicié ni l’eau polluée, mais le départ du géant de l’acier lui coûte: son fils et son petit-fils, qui travaillent tous les deux chez Tianzhu Steel, l’ont quittée fin août pour s’installer à proximité du nouveau site.