Les élections législatives anticipées en Grèce auront lieu le 4 octobre, a annoncé jeudi le Premier ministre conservateur grec, Costas Caramanlis.

«J’ai demandé au chef de l’Etat, Carolos Papoulias, la dissolution du parlement lundi et la convocation d’élections pour le 4 octobre», a déclaré M. Caramanlis, dans un message télévisé.

A mi-mandat, M. Caramanlis avait annoncé mercredi, sans fixer de date, sa décision de convoquer des élections législatives anticipées face à la dégradation des finances publiques en raison de la crise économique.

Comme dans son message mercredi, le Premier ministre a réaffirmé que l’intérêt du pays imposait ce recours prématuré aux urnes, face au «chantage» exercé selon lui par l’opposition socialiste du Pasok. Celle-ci avait annoncé qu’elle provoquerait des élections au printemps, en refusant d’apporter les voix nécessaires à l’élection par le parlement du chef de l’Etat.

«Le choix du Pasok conduisait à une campagne électorale de six mois, catastrophique pour l’économie, car la difficile conjoncture impose stabilité et climat serein pour appliquer les politiques nécessaires», a réitéré M. Caramanlis, arrivé au pouvoir en 2004 et reconduit en septembre 2007.

Il a affirmé que sans l’intervention du Pasok, il aurait mis à profit les deux ans de pouvoir lui restant pour appliquer les «difficiles politiques nécessaires», axées sur «le contrôle le plus sévère possible des dépenses publiques, la guerre contre l’évasion fiscale, et la mise en œuvre des réformes structurelles nécessaires».