■ L’essentiel

Jeudi, la Suisse a enregistré 9546 nouveaux cas en 24 heures. Cinq personnes touchées par le variant Omicron ont été détectées.

Un premier cas du variant Omicron a été détecté aux Etats-Unis.

Le canton de Vaud a décidé d’ouvrir la troisième dose de vaccination pour toute la population dès le 6 décembre.

Pour en savoir plus:  Qui pourra bénéficier d’une dose de rappel avant Noël? Le tour des cantons romands

 

Retrouvez notre suivi de la journée de mercredi.


■ Environ 2000 personnes en quarantaine après deux cas d'Omicron dans une école

Les services des médecins cantonaux des cantons de Vaud et de Genève ont pris la décision conjointe de mettre en quarantaine l'ensemble des élèves et du personnel du campus de la Châtaigneraie de l'Ecole internationale de Genève pendant dix jours. Cette décision fait suite à deux cas confirmés du variant Omicron ayant fréquenté ce campus cette semaine.

Environ 2000 personnes sont concernées par cette mesure, dont 1600 enfants. Toutes les personnes concernées doivent également effectuer un test PCR indiquent les autorités dans un communiqué. Les parents et la fratrie des élèves concernés doivent également faire un test de dépistage afin de détecter au plus tôt la présence éventuelle du variant Omicron. 


■ Des animaux sauvages infectés par le Covid-19 au Canada

Trois chevreuils du Québec ont été infectés par le Covid-19. Ce sont les premiers cas signalés chez une espèce sauvage au Canada, a annoncé le gouvernement fédéral mercredi. De récents rapports ont permis de prouver qu’aux Etats-Unis, le Covid-19 a été transmis par des humains à des cerfs de Virginie sauvages, mais à l’inverse, aucun cas de transmission des cerfs aux humains n’a été détecté, selon le ministère de l’Environnement.

Les chevreuils canadiens infectés vivent dans les forêts de l’Estrie, une région du Québec voisine du Vermont et du Maine, deux États américains. Tous étaient «apparemment en bonne santé», et ne «présentaient aucun signe clinique de la maladie», a précisé le ministère. Des échantillons prélevés sur les gibiers début novembre ont permis de détecter la maladie. L’Organisation mondiale de la santé animale en a été informée le 1er décembre.

Depuis le début de la pandémie, le coronavirus a infecté plusieurs espèces à l’échelle planétaire, y compris «des visons d’élevage, des animaux de compagnie et des animaux dans les zoos».


■ Sao Paulo annule son réveillon après des cas de variant Omicron

La métropole la plus peuplée du Brésil, a annulé jeudi le réveillon qui réunit traditionnellement deux millions de personnes sur l’Avenida Paulista, par crainte d’une propagation du variant Omicron du Covid-19 après la détection de trois premiers cas.

«Nous annulons le réveillon (du 31 décembre) à la demande des autorités sanitaires», a annoncé le maire de la ville de 12 millions d’habitants, Ricardo Nunes, lors d’une visite à New York. Mardi, le gouvernorat de Sao Paulo avait annoncé deux premiers cas du variant Omicron, les premiers en Amérique latine. Le lendemain, un 3e cas a été confirmé dans le même Etat.

Plus de la moitié des capitales d’Etats brésiliens – 16 sur 27 – ont annulé leur réveillon, de Recife à Brasilia ou Porto Alegre. Pour l’heure, Rio de Janeiro maintient son iconique réveillon qui rassemble trois millions de fêtards sur l’immense plage de Copacabana.


■ Selon le FMI, l’effondrement économique de certains pays est possible si le G20 n’agit pas sur la dette

«Nous pourrions voir un effondrement économique dans certains pays à moins que les créanciers du G20 n’acceptent d’accélérer les restructurations de la dette et de suspendre le service de la dette pendant que les restructurations sont en cours de négociation», estiment la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva et Ceyla Pazarbasioglu, directrice de la stratégie du Fonds, dans une publication jeudi sur un blog.

Interrogé par l’AFP, le FMI n’a pas souhaité citer des pays qui pourraient être directement concernés. Au début de la pandémie, les pays riches du G20 avaient offert aux pays pauvres un moratoire sur le paiement du service de leur dette jusqu’à la fin de l’année avant de le prolonger jusqu’à la fin 2021.

Parallèlement à cette initiative de suspension du service de la dette (DSSI), ils avaient créé, en novembre 2020, un «cadre commun» destiné à restructurer voire annuler la dette des pays qui en feraient la demande. Mais pour l’heure, les créanciers privés, en particulier chinois, freinent sa mise en oeuvre.

Pour le moment, seuls trois pays, le Tchad, l’Ethiopie et la Zambie, ont fait des demandes d’allégement de leur dette au titre du Cadre commun, mais le retard s’accumule dans le traitement de leur dossier.


■ Une cinquième personne infectée par le variant Omicron

Une cinquième personne infectée par le variant Omicron du Covid-19 a été découverte en Suisse. La victime est établie dans le canton de Berne et a été placée en isolement. Elle a été en contact avec une seule personne en Suisse, qui se trouve aussi à l’isolement, a indiqué jeudi le canton de Berne. Peu avant, les autorités zurichoises avaient annoncé un cas de personne infectée par le variant Omicron. La personne infectée est arrivée le 23 novembre depuis l’Afrique du Sud. Les premiers symptômes sont apparus deux jours plus tard et elle est allée se faire tester.


■ L’Association suisse des infirmières et des infirmiers tire la sonnette d’alarme

Face à l’augmentation des cas, l’Association suisse des infirmières et des infirmiers (ASI) demande aux autorités et à la population «d’agir immédiatement pour endiguer la cinquième vague», dans un communiqué paru ce jeudi.

«Les contacts doivent être réduits autant que possible et toutes les mesures d’hygiène doivent être respectées. Déjà épuisé, le personnel de santé doit être protégé sans réserve», écrit l’ASI signalant qu’en Suisse alémanique les soins intensifs sont déjà sous pression et que les cas augmentent en Suisse romande.

«Nombre d’infirmières et d’infirmiers ont quitté la profession, réduit leur temps de travail ou sont malades», rappelle l’ASI qui affirme que mesures de triage devront être mis en place si le nombre de patients continue d’augmenter. «Les personnes qui ont quitté la profession (environ 10 000 ces dernières années) doivent être contactées et invitées à pallier la pénurie en contrepartie d’une rémunération adéquate», demande l’association.

Sur les mesures en Suisse alémanique: Zurich veut encore danser

L’ASI souhaite également un accès rapide et facile à des tests gratuits pour briser les chaînes de transmission, l’accélération de l’accès à la troisième dose, et des concepts de protection efficaces doivent être mis en place dans les écoles.


■ L’aéroport de Zurich se dote d’un laboratoire pour analyser les tests PCR

Un laboratoire de tests Covid-19 a ouvert ses portes à l’aéroport de Zurich. Il peut évaluer un test PCR en moins de trois heures et en traiter environ 15 000 par semaine. En cas d’urgence, les tests peuvent être analysés et évalués en 45 minutes, ont indiqué jeudi Swissport, Ender Diagnostics et le groupe Dr. Risch. Les passagers peuvent ainsi effectuer les tests sur place avant le départ.


■ Nouvelles restrictions aux non-vaccinés en Allemagne

L’Allemagne a décidé de durcir les restrictions visant les personnes non vaccinées, leur imposant un quasi-confinement, sans accès aux commerces non essentiels, restaurants, lieux de culture ou de loisirs, a annoncé Angela Merkel.

Ces nouvelles mesures ont été prises à l’issue d’une réunion entre la chancelière sortante, son successeur Olaf Scholz et les dirigeants des 16 régions du pays. Ils ont également confirmé qu’un projet de loi sur l’obligation vaccinale, à laquelle Olaf Scholz est favorable, serait soumis au parlement pour une entrée en vigueur en février ou mars.


■ Le variant Omicron risque de devenir majoritaire en Europe

Le variant Omicron pourrait devenir majoritaire en Europe «dans les prochains mois», selon des projections publiées jeudi par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Selon cette agence basée à Stockholm, «les données préliminaires suggèrent un avantage substantiel» du nouveau variant sur le variant Delta jusqu’ici dominant. Sur la base de ces modèles mathématiques, «Omicron pourrait causer plus de la moitié des infections provoquées par le virus SARS-CoV-2 dans l’Union européenne d’ici les prochains mois», indique l’agence dans un communiqué.


■ Plus de 9500 nouveaux cas en 24 heures

La Suisse compte 9546 cas, 18 décès et 102 hospitalisations supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Durant cette période, les résultats de 63 426 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 15,05%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 96 479, soit 1101,76 nouvelles infections pour 100 000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,3. Les patients Covid-19 occupent 26,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 82,1%.

Depuis le début de la pandémie, 1 034 66 cas de contamination en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 11 189 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 35 834. Le pays dénombre par ailleurs 45 137 personnes en isolement et 33 809 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Lire aussi: Les vaccinés piquent une colère


■ L’Afrique accélère la détection du variant Omicron

Les pays africains intensifient les mesures visant à détecter et à contrôler la propagation du variant Omicron, indique l’Organisation mondiale de la santé dans un communiqué.

Les chercheurs et scientifiques en Afrique du Sud et dans la Région africaine intensifient leurs recherches pour comprendre la transmissibilité, la gravité et l’impact du variant Omicron sur les vaccins, les produits de diagnostic et les traitements disponibles, et pour déterminer si ce variant alimente la dernière flambée d’infections par le Covid-19. Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 augmente de 54% chaque semaine sur le continent du fait d’une recrudescence de la pandémie en Afrique australe.

En Afrique, le variant Omicron a désormais été détecté dans quatre pays: l’Afrique du Sud, le Botswana, le Ghana et le Nigeria. Ce variant a déjà été détecté dans plus de 20 pays du monde. L’Afrique du Sud et le Botswana concentrent 62% des cas notifiés dans le monde.


■ Les HUG basculent «en mode crise» face à la 5e vague

Les Hôpitaux universitaires genevois augmentent leur capacité d’accueil à 132 lits Covid-19 afin de répondre à la hausse rapide du nombre d’hospitalisations en raison du coronavirus. Ce dispositif est nécessaire pour garantir les soins au plus grand nombre de patients, atteints du Covid-19 ou non, indique le communiqué de l’établissement.

En deux semaines, le nombre d’hospitalisations, qui était stable autour de 33 personnes, est monté à 83 le 2 décembre, dont onze aux soins intensifs, et onze autres patients pris en charge dans les cliniques. La coordination entre les différents établissements publics et privés a été réactivée afin d’éviter de reporter des opérations chirurgicales, soulignent les HUG.


■ Troisième cas d’infection au variant Omicron en Suisse

Un troisième cas d’infection au variant Omicron est confirmé en Suisse. La personne est isolée et ses contacts sont en quarantaine, a annoncé mercredi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur Twitter.

Lire également: Pourquoi faut-il se méfier des hypothèses circulant sur Omicron?

Un de ces cas concerne un élève de 19 ans fréquentant un gymnase dans la ville de Bâle et a été découvert lors d’un test de masse effectué dans les écoles, a indiqué mercredi le département de la santé de son canton. Le résultat du test individuel qui a suivi a été séquencé et le virus Omicron confirmé. Le gymnasien, entièrement vacciné, présente des symptômes légers. Il ne revenait pas d’un voyage et on ignore par qui il a été contaminé.


■ Les tests devraient à nouveau être gratuits

Le Conseil national a adopté jeudi par 144 voix contre 43 la proposition de l’UDC et des Verts en pour le retour de la gratuité des tests, contre l’avis du PLR et du Conseil fédéral. L’UDC avait déjà déposé sans succès cette demande lors de la dernière session d’automne. Seuls les Verts s’y étaient ralliés. Depuis, plusieurs partis ont changé de cap, a relevé Albert Rösti (UDC/BE), citant en particulier le PS.

Il faut revenir à la gratuité des tests, ce d’autant plus que la couverture vaccinale est en train de s’affaiblir, a abondé Léonore Porchet (Verts/VD). L’effet d’encouragement à la vaccination a été épuisé. Il reste un impératif de santé publique auquel les tests gratuits peuvent contribuer.

Le PLR et le PVL se sont retrouvés seuls contre cette mesure. Philippe Nantermod (PLR/VS) a souligné qu’il n’y a pas d’intérêt public à financer des tests pour des gens qui ne veulent pas se faire vacciner. C’est un choix individuel. Et ce serait faire payer 30 à 50 millions par semaine à tous les citoyens. Le ministre de la santé Alain Berset n’en voulait pas non plus, rappelant que les coûts des personnes asymptomatiques n’ont jamais été pris en charge par la Confédération.


■ Les Etats-Unis durcissent les exigences pour les voyageurs internationaux

Les Etats-Unis exigeront à partir du «début de la semaine prochaine» que tous les voyageurs étrangers entrant sur le territoire présentent un test négatif réalisé dans la journée précédant le départ, en plus d’être vaccinés, a fait savoir la Maison-Blanche. Le test pouvait jusqu’ici être réalisé dans les trois jours avant l’envol.

Un haut responsable de la Maison-Blanche a toutefois précisé qu’il n’était pas pour l’instant question d’imposer une quarantaine aux arrivants, une information qui avait circulé dans la presse.


■ Le projet «Covid-Angel» reconduit dans les stations valaisannes

Le gouvernement valaisan et l’Association des Remontées Mécaniques du Valais ont annoncé renouveler leur partenariat dans le cadre du projet «Covid-Angel», «dans le but d’assurer le bon déroulement de la saison d’hiver 2021-2022». Le but de l’opération est de «garantir le respect et l’application stricts des concepts de prévention sanitaires en vigueur». Une centaine de demandeurs d’emploi sera engagée à cet effet.


■ Bâle-Campagne réactive son état-major de crise

En raison de la forte hausse du nombre de cas et de la charge élevée du système de santé, le gouvernement de Bâle-Campagne a rétabli sa cellule de crise, a indiqué l’exécutif. Outre la mise à disposition aussi rapide que possible du vaccin de rappel, l’état-major de crise doit aussi procéder à des analyses régulières de la situation et faire des propositions sur les mesures à prendre. Le gouvernement cantonal zurichois a aussi remis en place mercredi un état-major spécial. Ce groupe d’experts doit coordonner la mise en oeuvre des mesures et soutenir le gouvernement dans l’évaluation de la situation.


■ La mortalité augmente déjà lorsque les soins intensifs sont occupés à 70%

La mortalité des patients covid hospitalisés en Suisse augmente déjà nettement à partir d’un taux d’occupation relativement bas des unités de soins intensifs, selon une étude menée par le professeur Matthias Egger, l’ancien président de la Task force de la Confédération, qui a été consultée par le Tages Anzeiger.

Selon cette étude, la probabilité moyenne de survie des patients covid hospitalisés est de 82%. Mais lorsque que le taux d’occupation des unités de soins intensifs dépasse 70%, la mortalité augmente. Avec un taux d’occupation à 80%, la probabilité de survie baisse ainsi à environ 78%. Selon les auteurs de l’étude, entre 30 et 240 décès auraient pu être évités si le taux d’occupation était resté inférieur à 70% pendant la deuxième vague de l’épidémie.

Pour les auteurs de l’étude, cette mortalité accrue s’explique par la pression sur les soins lorsque les services sont proches de la saturation. Plus le taux d’occupation est élevé, plus la situation de pénurie de personnel a des répercussions graves sur la qualité des soins.


■ Facebook démantèle un réseau de désinformation

Facebook a annoncé avoir démantelé de nouveaux réseaux malveillants qui utilisaient les débats sur les vaccins anti-Covid-19 pour harceler des professionnels ou semer la division. «Ils insultaient des médecins, des journalistes et des élus, les qualifiant de partisans des nazis parce qu’ils faisaient la promotion des vaccins, assurant que la vaccination obligatoire conduirait à une dictature du sanitaire», a expliqué Mike Dvilyanski, directeur des enquêtes sur les menaces émergentes mercredi.

Il faisait référence à un réseau lié à un mouvement anti-vaccination baptisé «V_V», que Meta, la maison-mère de Facebook, accuse d’avoir mené une campagne d’intimidation et de harcèlement de masse en Italie et en France, contre des personnalités de la santé, des médias et de la politique. Les auteurs de cette opération se coordonnaient notamment via la messagerie Telegram, où les volontaires avaient accès à des listes de personnes à cibler et à des «formations» pour échapper à la détection automatique par Facebook. Leur tactique consistait notamment à laisser des commentaires sous les messages des victimes plutôt que de poster des contenus et à utiliser des orthographes légèrement modifiées comme «vaxcinati» au lieu de «vaccinati», pour dire «les personnes vaccinées» en italien.

Le géant californien des réseaux sociaux a indiqué qu’il était difficile d’évaluer la portée et l’impact de cette campagne, qui a eu lieu sur différentes plateformes.


■ L’OMS fustige le manque de test et de vaccins

Le monde fait face à un «cocktail toxique» à cause de l’insuffisance de la couverture vaccinale contre et du niveau de dépistage, a mis en garde le chef de l’OMS mercredi, assurant qu’il s’agissait d’un terrain propice pour les variants.

Au niveau mondial, nous avons un mélange toxique de faible couverture vaccinale et de très faible dépistage, une recette parfaite pour que des variants se reproduisent et s’amplifient

Tedros Adhanom Ghebreyesus

«La fin de la pandémie n’est pas une question de chance, c’est une question de choix», a déclaré le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse. Cet avertissement intervient alors que l’apparition du variant Omicron a replongé la planète dans la panique.


■ Londres acquiert 114 millions de doses supplémentaires

Le gouvernement britannique a annoncé acquérir 114 millions de nouvelles doses de vaccins. Cet achat de 60 millions de doses de Moderna et de 54 millions de Pfizer/BioNTech intervient à un moment où l’exécutif a donné un coup d’accélérateur à sa campagne de rappel, avec l’objectif d’offrir une troisième dose à tous les adultes d’ici à la fin janvier, face à l’émergence du variant Omicron.

Les nouveaux contrats avec Pfizer/BioNTech et Moderna ont été accélérés au vu du nouveau variant

Communiqué du gouvernement britannique

Les contrats avec les fabricants «incluent l’accès à des vaccins modifiés s’ils s’avèrent nécessaires pour combattre Omicron ou de futurs variants préoccupants», indique le gouvernement. Un des pays d’Europe les plus endeuillés avec plus de 145 000 morts, le Royaume-Uni avait dénombré mercredi 32 cas de ce variant. Jusqu’ici, le Royaume-Uni a administré plus de 115 millions de doses au total.


■ Premier cas Omicron aux Etats-Unis

Un premier cas du variant Omicron a été confirmé aux Etats-Unis chez un individu revenant d’Afrique du Sud. Cette personne a été testée positive en Californie, ont déclaré les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) dans un communiqué.

Elle était «entièrement vaccinée et présentait des symptômes légers en cours d’amélioration», ont-ils ajouté. «Toutes les personnes en contact proche (avec cette personne) ont depuis été testées négatives.» L’individu testé positif était revenu d’Afrique du Sud le 22 novembre.

Washington a d’ores et déjà interdit l’entrée sur le territoire américain aux personnes en provenance de huit pays d’Afrique australe.