Le geste peut paraître anodin. Il touche pourtant à l’un des aspects les plus controversés du Conseil des droits de l’homme. A l’approche de la 46e session du CDH, la délégation palestinienne a décidé de présenter un paquet de résolutions dénonçant les violations présumées commises par Israël dans les territoires palestiniens occupés non pas sous le point 7 de l’ordre du jour intitulé «La situation des droits de l’homme en Palestine et dans les autres territoires arabes occupés», mais sous le point 2 de l’ordre du jour «Rapport annuel du haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme et rapports du Haut-Commissariat et du secrétaire général».

Lire aussi: Les droits humains, enjeux d’un choc des puissances