«Je suis convaincue qu’il y a un appel clair – à l’intérieur de l’UE et partout dans le monde – pour un plus grand engagement européen pour promouvoir la paix, protéger les personnes vulnérables, combattre la pauvreté et s’attaquer aux nombreux problèmes de notre temps», a dit Mme Ashton dans sa déclaration liminaire.

Il faut s’assurer que quand l’Europe parle, sa voix soit entendue, a-t-elle affirmé soulignant que «c’est exactement» ce qu’elle avait l’intention de faire. Mme Ashton a insisté pour que l’Europe «défende ses valeurs et protège ses intérêts» dans le monde.

La baronne travailliste britannique qui représente la voix de l’Union européenne dans le monde depuis son entrée en fonction début décembre, a commencé vers 13H00 une audition de trois heures devant les députés européens, appelée à la confirmer dans ses fonctions.

Manque d’expérience

Beaucoup de parlementaires se sont étonnés de sa nomination alors qu’elle n’a aucune expérience diplomatique et des députés contestent qu’une Britannique, venant d’un pays viscéralement eurosceptique, occupe ce poste.

Si elle est confirmée, Catherine Ashton, nommée pour cinq ans, présidera le rendez-vous régulier des vingt-sept ministres des Affaires étrangères. Le traité de Lisbonne précise qu’elle devra «conduire la politique étrangère (...) et contribuer à son élaboration».

Elle pourra s’appuyer sur un budget confortable et un nouveau service diplomatique européen de plusieurs milliers de personnes, provenant de la Commission, du secrétariat du Conseil de l’UE et des Etats nationaux.