Syrie

Le cauchemar des revenants djihadistes

La France, parmi d'autres, se voit obligée d'affronter une question laissée jusqu'ici en suspens: que faire de ses ressortissants qui ont combattu dans les rangs de l'Etat islamique?

Les annonces continuent de s’égrener. Lundi, c’étaient trois membres de l’organisation Etat islamique (Daech) qui étaient capturés par les combattants kurdes, dans le nord de la Syrie. La veille, lors d’une autre opération, six combattants étrangers avaient été arrêtés, dont un Allemand, un Suédois et un Russe. Jusqu’ici, ce genre d’arrestations passait pratiquement inaperçu. Ce n’est plus le cas: à l’instar de la France, où le débat fait rage, le reste de l’Europe est aujourd’hui confrontée au douloureux casse-tête du retour de ses djihadistes, qu’elle avait en partie fait mine d’oublier.

Lire aussi notre éditorial: Djihadistes: la politique du moins pire