Le modéré Armin Laschet, favorable à la continuité avec l'ère centriste d'Angela Merkel en Allemagne, a été élu samedi président du parti conservateur CDU.

Avec une majorité de 521 voix des 1001 délégués appelés à voter, Armin Laschet devance Friedrich Merz (466 voix), rival historique de la chancelière et favorable à un coup de barre à droite, selon les résultats d'un scrutin interne, et se positionne en vue de mener le camp conservateur aux élections générales en septembre.

Lire aussi: «La succession d’Angela Merkel est totalement instable»

«Je veux que nous réussissions ensemble et que nous fassions en sorte que l'Union chrétienne-démocrate (CDU) soit portée à la chancellerie en septembre», a réagi Armin Laschet à sa victoire.

Arrivé derrière M. Merz au premier tour, il a bénéficié d'un report de voix des partisans d'un troisième candidat, Norbert Röttgen, lui aussi partisan d'une ligne modérée et éliminé au premier tour. Le résultat du scrutin en ligne, pour cause de pandémie, doit encore être formellement confirmé par courrier par les délégués du mouvement.

Soutien d'Angela Merkel

La veille, Armin Laschet, qui dirige la Rhénanie du nord-Westphalie, la région la plus peuplée du pays, avait déjà reçu le soutien à peine voilé de Mme Merkel, prônant la poursuite d'un cap «centriste» et le rejet de la polarisation.

Cette élection est décisive pour l'avenir de l'Allemagne avec les élections législatives de fin septembre et la fin programmée de l'ère Merkel, au pouvoir depuis 2005.

Le choix du candidat de la droite et du centre-droit pour ce scrutin sera toutefois fait seulement au printemps. Et d'autres prétendants restent en embuscade, dans une Allemagne frappée de plein fouet par la deuxième vague pandémique.

Pour la première fois depuis 2000, la CDU ne sera pas dirigée par une femme. Un temps «dauphine» de Mme Merkel, Annegret Kramp-Karrenbauer lui avait succédé à la présidence en 2018, avant d'en démissionner début 2020, faute d'avoir pu s'imposer.

Armin Laschet, 59 ans, dispose de plusieurs atouts. Ce modéré, ancien journaliste aux yeux rieurs, marche en effet dans les pas de la populaire chancelière. Angela Merkel a laissé deviner vendredi sa préférence pour «l'équipe» qu'il forme avec le ministre de la Santé, Jens Spahn. Ils peuvent plaire à l'électorat centriste et bâtir une éventuelle coalition avec les Verts, la deuxième force du pays.

Hommage

Il a rendu un hommage appuyé, dans son discours samedi, à la chancelière, rappelant qu'à son arrivée à la chancellerie en 2005, l'Allemagne était la «malade de l'Europe». Lui aussi souhaite être candidat à la chancellerie.

Les délégués ne lui ont pas tenu rigueur des problèmes de gestion de l'épidémie dans sa région. Armin Laschet avait ainsi plaidé au printemps pour un assouplissement des restrictions jugé trop précoce par les experts.

Il a reçu majoritairement le soutien des délégués qui ont voté pour M. Röttgen, expert en relations internationales qui promettait de rajeunir et féminiser le parti.

Concernant la candidature à la chancellerie, un autre responsable, Markus Söder, dirigeant du parti frère CSU, reste bien placé. Il est devenu une des personnalités préférées des Allemands en prônant des restrictions strictes face à la pandémie.

Même s'il s'en défend, il rêve d'être invité par la CDU à franchir le pas après une série de scrutins locaux mi-mars. Et devenir, peut-être, le premier chancelier issu de la CSU.

Lire encore: Angela Merkel, l’incontournable