L'objectif de la cellule djihadiste basée à Bruxelles était de frapper à nouveau la France. Mais elle s'est décidée dans l'urgence à lancer des attaques dans la capitale belge, a rapporté dimanche le parquet fédéral belge, confirmant des informations de presse. «Le parquet fédéral confirme qu'il ressort de plusieurs éléments de l'enquête que l'objectif du groupe terroriste était de frapper à nouveau la France et que c'est pris de court par l'enquête qui avançait à grands pas qu'ils ont finalement décidé dans l'urgence de frapper Bruxelles», explique le parquet dans un bref communiqué, au lendemain de l'arrestation d'un des suspects clés, Mohamed Abrini.

Le Belgo-Marocain Mohamed Abrini, déjà inculpé dans le dossier des attentats de Paris, a été également inculpé d'«assassinats terroristes» dans le dossier des attaques du 22 mars à Bruxelles, a annoncé dimanche le parquet fédéral belge.

Lire aussi: Mohamed Abrini: le lien entre les tueries de Paris et Bruxelles

Le juge a retenu à son encontre les chefs de «participation aux activités d'un groupe terroriste, d'assassinats terroristes et de tentatives d'assassinats terroristes». Arrêté vendredi, Abrini, qui était recherché depuis novembre, a finalement reconnu être le troisième homme de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, qui avait quitté les lieux juste avant la double attaque-suicide.