Le contenu de ces documents n’était pas connu lundi. WikiLeaks et les médias qui ont eu accès à ses données n’en ont pas publié le contenu, pour des raisons de sécurité, mais se sont bornés à révéler des données concernant les câbles, comme la date, l’expéditeur ou des mots-clés.

Selon une estimation du quotidien britannique «The Guardian», le mot-clé «Suisse» (sz) apparaît au total dans 506 documents, soit une infime partie des textes publiés.

Dans le détail, 255 documents émanent de l’ambassade des Etats-Unis à Berne, 432 de la Mission américaine auprès des Nations unies à Genève et 19 de la Délégation américaine à la Conférence du désarmement à Genève, selon le «Guardian». L’hebdomadaire allemand «Der Spiegel» écrit pour sa part que 981 dépêches ont été postées de Genève et 255 de Berne.

L’Iran souvent mentionné

Les mots-clés relatifs à ces câbles sont assez généraux. Parmi les descriptifs apparaissant le plus souvent figurent «relations politiques extérieures», mais aussi «usage militaire du nucléaire», «terroristes et terrorisme» ou «droits de l’homme», ainsi que «affaires gouvernementales intérieures».

A noter également que le mot-clé «Iran» (ir) apparaît lui aussi fréquemment. On en recense 52 occurences dans les documents postés de Berne, ce qui en fait le pays le plus mentionné dans ces câbles. Cela pourrait s’expliquer par le fait que c’est la Suisse qui représente les intérêts américains en Iran.