Syrie

Des centaines de personnes évacuées de villes syriennes assiégées

Les habitants ont quitté ces localités pour recevoir des soins. Une opération organisée par l'ONU et le Croissant rouge syrien mercredi 20 avril

La mission était jugée extrêmement complexe. Cinq cent personnes ont été évacuées de quatre localités assiégées en Syrie pour recevoir des soins dans des zones tenues par les rebelles ou le régime, a affirmé jeudi 21 avril l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Des bus ont été mobilisés pour transporter des blessés, des malades ainsi que leur famille mercredi en fin de journée. Une opération organisée par l'ONU et le Croissant rouge syrien. 

Les personnes évacuées ont ensuite gagné jeudi à l'aube une zone de transit à proximité de la ville rebelle de Qalaat al-Madiq, un château médiéval situé dans la province centrale de Hama, selon l'OSDH. Cette ville avait déjà servi de point de transit lors de précédentes évacuations. En décembre, les derniers rebelles évacués de Homs étaient passés par ce lieu avant de rejoindre la province d'Idleb, située dans le nord-ouest du pays et tenue par les insurgés.

Un total de 250 habitants des villes rebelles de Madaya et de Zabadani, localités à l'ouest de Damas encerclées par les forces gouvernementales, doivent ensuite rallier la province d'Idleb, a indiqué l'OSDH. Dans le même temps, 250 habitants de Foua et Kafraya, localités chiites dans la province d'Idleb et encerclées par des rebelles islamistes, doivent se rendre plus à l'ouest dans la province de Lattaquié, un bastion du régime syrien. Certains d'entre eux seraient déjà arrivés sur place selon l'OSDH.

Terrible situation humanitaire

Les évacuations ainsi que l'aide humanitaire pour ces quatre localités doivent s'organiser de manière simultanée et concerner un nombre identique de personnes. Plus de quatre millions de personnes en Syrie vivent dans des régions assiégées ou difficiles d'accès pour l'aide humanitaire.

Lire aussi:  Le régime de Damas poignarde les derniers espoirs de Genève

L'ONU presse depuis longtemps Damas de garantir un accès illimité à ces régions et réclame de toutes les parties du conflit la levée des sièges. La terrible situation humanitaire a eu un impact majeur sur les pourparlers de Genève entre le régime et les principaux groupes de l'opposition. Cette dernière a annoncé qu'elle ne pouvait pas continuer de discuter en Suisse alors que des Syriens mourraient chaque jour, notamment dans des bombardements.

Publicité