Macédoine

Le centre-droit victorieux lors des législatives en Macédoine

Les élections anticipées ont eu lieu après la démission de Nikola Gruevski. Selon les résultats annoncés par la commission électorale, les partis albanais sont en repli au profit des sociaux-démocrates

Le parti de centre-droit VMRO-DPMNE, conduit par l'ancien premier ministre Nikola Gruevski, a remporté 51 des 120 sièges en jeu lors des législatives en Macédoine dimanche, a annoncé la commission électorale lundi. L'opposition sociale-démocrate (SDSM) obtient 49 sièges, selon les résultats préliminaires.

La formation nationaliste de centre-droit est désormais en position favorable pour former un gouvernement de coalition avec ses alliés albanais de l'union démocratique pour l'intégration (DUI) et mettre fin à une crise longue de deux années qui avait provoqué la chute du gouvernement de Gruevski.

Lire aussi:  En Macédoine, une «révolution des couleurs» contre les élites politiques

Ces élections marquent toutefois une modification de la carte électorale, car la plupart des partis albanais, qui représentaient la principale minorité ethnique du pays forte d'environ un tiers des 2,1 millions d'habitants, sont en repli au profit des sociaux-démocrates.

Le DUI obtient dix sièges, soit la moitié moins que lors des précédentes élections. Une nouvelle formation anti-establishment albanaise, Besa, est créditée de cinq députés, tandis que l'union démocratique albanaise a deux élus et l'alliance pour les Albanais, trois sièges.

L'adhésion à l'Union européenne dans l'impasse

C'est la première fois qu'un tel vote transcendant les barrières communautaires est enregistré depuis le conflit interethnique de 2001. «Avec colère, je reconnais que les Albanais perdent leurs mandats», a commenté le chef de file du DUI, Ali Ahmeti.

Les élections anticipées de dimanche avaient été provoquées par la démission de Nikola Gruevski et la transmission des rênes du pouvoir à un gouvernement de transition en janvier afin de mettre fin à une crise nationale. L'opposition accusait le premier ministre ainsi que son chef du contre-espionnage d'avoir mis sur écoute les téléphones de plus de 20 000 personnes. Nikola Gruevski a démenti toute infraction.

Les observateurs internationaux ont appelé lundi à l'unité nationale, afin de permettre au pays de relancer les négociations d'une adhésion à l'Union européenne, aujourd'hui dans l'impasse.

Lire aussi: La Macédoine se sent «abandonnée»

«Le pays est à la croisée des chemins, qui ouvrent la voie vers une normalité de la vie politique», a commenté Stefan Schennach, chef de la délégation de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. «Tout le pays doit remplacer la division ethnique par la coopération visant à construire une nation», a-t-il ajouté.

Publicité