Dans les milieux du contre-terrorisme, il était surnommé «le cerveau», et on le désignait souvent par ses seules initiales: «KSM». Désormais, il ne sera qu'un numéro dans la cellule de très haute sécurité d'un endroit tenu secret. Khalid Cheikh (Sheikh en anglais) Mohammed a été arrêté samedi au Pakistan dans ce qui représente à ce jour le plus important succès remporté par les Etats-Unis dans leur lutte contre Al-Qaida.

Ce Koweïtien âgé de 37 ou 38 ans, considéré comme le numéro trois du réseau d'Oussama Ben Laden, est en effet soupçonné d'être le cerveau des attentats du 11 septembre. Selon le FBI, qui promettait 25 millions de dollars pour tout renseignement menant à sa capture, il serait même lié à quasiment tous les attentats majeurs perpétrés par Al-Qaida ces dix dernières années: depuis le premier attentat contre le World Trade Center en 1993, qui avait fait six morts et plus d'un millier de blessés, jusqu'à ceux du 11 septembre 2001, en passant par les deux attaques au camion piégé contre les ambassades américaines de Nairobi et Dar es-Salam en 1998, qui avaient fait 224 morts. C'est également lui qui aurait organisé l'attentat contre la synagogue de Djerba, en avril 2002, qui avait fait 21 morts, dont des touristes allemands.

Son arrestation, menée conjointement par les Pakistanais et les Américains, s'est déroulée samedi à 3 h du matin à Rawalpindi, près d'Islamabad, dans une maison appartenant à un membre du parti politique fondamentaliste Jamaat-I-Islami. «Il a été capturé pendant son sommeil. Il n'y a pas eu de résistance», a déclaré un officiel. C'est l'arrestation, la semaine dernière, d'un suspect du réseau Al-Qaida qui aurait permis de connaître l'endroit où se cachait Khalid Cheikh Mohammed.

Dès samedi, les Etats-Unis ont félicité le Pakistan pour une arrestation qu'un responsable a qualifiée d'«énorme pour deux raisons». «Premièrement, nous arrêtons le gars responsable du 11 septembre. Mais il en sait aussi beaucoup sur les opérations d'Al-Qaida passées et futures, et cela pourrait nous être précieux s'il décide de parler», a expliqué ce responsable. Dans l'immédiat, il semble toujours détenu au Pakistan, où les autorités d'Islamabad ont souhaité l'interroger avant qu'il ne soit remis aux Etats-Unis, peut-être dès ce lundi.