Cessez-le-feu violé en Ukraine

Europe Les échanges de tirs restent nombreux autour de Debaltseve

Leaders séparatistes et autorités ukrainiennes assuraient dimanche soir que le cessez-le-feu était globalement respecté dimanche dans l’est de l’Ukraine, malgré la poursuite des bombardements autour de la ville stratégique de Debaltseve, où sont stationnés plusieurs milliers de soldats ukrainiens menacés d’encerclement.

De leur côté, le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel, le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko ont «constaté que le respect du cessez-le-feu était globalement satisfaisant malgré des incidents locaux», au cours d’un entretien téléphonique dont a fait état la présidence française.

Si la ligne de front demeurait relativement calme depuis l’entrée en vigueur de la trêve dimanche à minuit, les positions ukrainiennes ont tout de même été visées à une soixantaine de reprises dimanche, a annoncé un porte-parole militaire ukrainien, Anatoli Stelmakh.

Et la ville stratégique de Debaltseve, où sont retranchés plusieurs milliers de soldats ukrainiens menacés d’encerclement, restait «le point le plus chaud», selon lui.

«Des groupes armés ont visé nos troupes avec tous types d’armes, y compris des [lance-roquettes multiples] Grad», a précisé Anatoli Stelmakh, ajoutant que les combattants séparatistes avaient tenté à trois reprises de s’emparer du village de Tchornoukhine, situé 5 kilomètres à l’est de Debaltseve.

Observateurs empêchés

Des journalistes présents sur place ont en outre constaté que les tirs d’artillerie ne baissaient pas d’intensité autour de Debaltseve. «Ça a tiré toute la nuit et toute la journée», résumait Oleg, responsable d’une base rebelle qui se trouve à quelques kilomètres de cette ville, près d’une mine abandonnée.

C’est d’ailleurs de Debaltseve que des observateurs de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), mandatés pour observer l’application du cessez-le-feu, se sont vu empêcher l’entrée dimanche.

Pour autant, l’OSCE a estimé que le «cessez-le-feu est dans l’ensemble respecté» dans la région. «Nous espérons que le cessez-le-feu sera totalement respecté d’ici à quelques heures. Il faut un peu de temps, ce n’est pas un processus instantané», avait déclaré plus tôt Ilia Kiva, responsable du Ministère ukrainien de l’intérieur.

Cette trêve représente la première phase d’un plan de paix visant à mettre fin à un conflit ayant fait plus de 5500 morts en dix mois. Sa prochaine étape est le retrait des armes lourdes du front, qui doit commencer au plus tard lundi à minuit, 48 heures après le début du cessez-le-feu.