«I’m back.» Avec son habituel rire en cascade, Nigel Farage déboule sur scène, devant une foule conquise. Plus de quatre cents personnes s’entassent dans une salle qui déborde de partout à Newport, une petite ville du Pays de Galles. Une grosse centaine d’entre elles a dû rester debout, faute de place.

Le trublion de la politique britannique, ancien leader du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), n’avait jamais vraiment disparu depuis le référendum sur le Brexit en juin 2016, gardant une présence médiatique constante. Mais il vient de reprendre du service politique officiel en créant le tout nouveau Parti du Brexit.