Chine

Le chaos s'empare des rues de Hongkong

La cité portuaire a été paralysée lundi par une grève générale et sept rassemblements simultanés. Les positions ont commencé à se durcir, tant du côté des manifestants que des autorités

Un boîtier électrique est éventré, ses câbles répandus sur le sol. Les façades sont taguées de slogans anti-gouvernementaux et une barricade faite de branches barre la route. Un peu plus loin, un nuage de gaz lacrymogènes enveloppe les manifestants munis de masques à gaz, de genouillères et de casques de chantier, qui brandissent des boucliers en bois pour se protéger contre les balles en caoutchouc. Ces scènes de combats de rue sont devenues familières à Hongkong, qui entame sa neuvième semaine de manifestations.

Une «voie de non retour» 

Lundi, elles ont eu lieu dans sept quartiers. La ville a également été paralysée par une grève générale suivie par 500 000 travailleurs, selon les organisateurs. «Nous faisons grève pour obliger le gouvernement à écouter nos revendications et parce qu'il est de notre devoir de défendre les libertés dont jouit Hongkong», expliquent Jeremy et Kary, un consultant et une enseignante âgés de 25 ans, venus écouter des discours devant le parlement de Hongkong.