Avocat américain et bailleur de fonds du Parti démocrate, Charles Adams ne cache pas sa déception. Mais cet ambassadeur de Barack Obama en Finlande croit toujours en la victoire de Joe Biden. Interview.

Le Temps: Votre première réaction à chaud?

Charles Adams: Je suis frappé de constater que des dizaines de millions de mes compatriotes sont prêts à vouloir réélire Donald Trump, quelqu’un qui est à mes yeux une abomination. Le fait qu’il n’est pas qualifié pour la fonction de président devrait pourtant sauter aux yeux. Il m’est difficile d’expliquer ce qui s’est passé cette nuit. Pour moi, c’est une condamnation nette du système social et éducationnel des Etats-Unis. Ce vote révèle une éducation bancale, un manque d’information sur qui est vraiment l’actuel président. On voit ainsi des électeurs susceptibles d’être manipulés et de croire à la lettre ce qu’on leur raconte, et de voter sans discernement.

Retrouvez nos principaux articles sur la présidentielle américaine

Pensez-vous que Joe Biden puisse toujours gagner l’élection?

Une victoire est encore plausible. Je pense qu’il peut encore rattraper son retard dans le Michigan et le Wisconsin une fois que les bulletins de vote par correspondance seront comptabilisés. Je suis moins optimiste pour la Pennsylvanie. Même si 1,4 million de bulletins par correspondance doivent être comptés, je vois mal Joe Biden combler un retard de plus de 600 000 votes.

[Les propos de Donald Trump] vont déjà inspirer des groupes de supporters qui pourraient recourir à la violence. C’est très malsain

La démographie des électeurs de Joe Biden semble très différente de celle d’Hillary Clinton en 2016…

En effet. Dans le comté de Miami Dade, en Floride, la défection des Hispaniques d’origine cubaine a été très importante. Joe Biden y a obtenu moins de votes qu’Hillary Clinton en 2016. Dans les agglomérations urbaines, la mobilisation des Afro-Américains n’a sans doute pas été suffisante.

Comment réagissez-vous aux propos de Trump déclarant déjà sa victoire?

Ce sont des propos inadmissibles. Il déclare sa victoire alors que le processus électoral est loin d’être terminé. C’est une tentative manifeste de court-circuiter le processus démocratique. Ses propos vont déjà inspirer des groupes de supporters qui pourraient recourir à la violence. C’est très malsain. Je suis certain qu’il va, le cas échéant, utiliser tous les moyens légaux pour contester une éventuelle victoire de Biden. On risque de passer des moments très difficiles.

La volonté des démocrates de reconquérir la majorité du Sénat semble compromise…

La majorité est devenue inaccessible après les défaites de plusieurs démocrates dans des scrutins qui leur paraissaient favorables. Pour freiner Trump si ce dernier était élu, il aurait fallu au moins gagner quatre sièges de sénateur. On est loin du compte. Si Joe Biden gagne, le fait qu’il n’aura pas de majorité au Sénat va sérieusement compliquer sa marge de manœuvre et la mise en œuvre de sa politique. Cette situation risque bien de provoquer une paralysie du pays. C’est très malheureux.

Le Covid-19 n’a visiblement pas joué un rôle majeur dans la motivation des électeurs?

Le seul rôle qu’il ait joué, c’est celui de doper le vote par correspondance. Mais cela nous a donné l’illusion du succès. Car les électeurs de Trump se sont beaucoup mobilisés et ont voté en présentiel. Ils ne se sont aucunement préoccupés du coronavirus.