En présence du président de l’Etat Reuven Rivlin, plus de 10000 personnes ont participé vendredi, à Jérusalem, à l’enterrement d’Eitam et de Naama Henkin, deux colons de Cisjordanie mitraillés sous les yeux de leurs quatre enfants alors qu’ils circulaient jeudi soir à proximité du village palestinien de Beit Fourik.

Certes, depuis le début de l’année, quatre Israéliens ont été tués dans les territoires occupés mais cette fois, l’affaire prend une autre ampleur. Parce qu’elle intervient au lendemain des allocutions de du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou devant l’assemblée générale de l’ONU, mais aussi – et surtout – parce que ce double assassinat a été revendiqué par l’une des branches armées du Fatah (le parti de Mahmoud Abbas). Une première depuis l’Intifada Al Aksa des années 2000-2005.

Pour les observateurs, la mort des époux Henkin marque en tout cas un tournant dans le cycle de violence qui a débuté durant l’été avec l’assassinat d’une famille de villageois palestiniens par des colons et s’est poursuivi par affrontements entre jeunes Palestiniens et policiers israéliens sur le Haram al Sharif, l’Esplanade des mosquées, considérée comme le troisième lieu saint de l’islam.

S’attendant à une dégradation sécuritaire, Tsahal (l’armée) a donc déployé quatre nouveaux bataillons ainsi que des unités spéciales en Cisjordanie. Le Shabak (la Sûreté générale) a déclenché une gigantesque chasse à l’homme. De nombreux barrages démantelés à la fin de la deuxième Intifada ont également réapparu sur les routes de ce territoire et les voies d’accès à une série de villages de la région de Naplouse suspectés de «protéger les terroristes» ont été coupées.

Enfin, à Jérusalem où des centaines de réservistes ainsi que les unités anti-émeutes de la police sont postées depuis dix jours, les services de sécurité ont encore renforcé le contrôle des quartiers arabes de la ville.

«Mahmoud Abbas est responsable de tout ce qui se passe actuellement sur l’esplanade des mosquées ainsi qu’en «Judée-Samarie» (la Cisjordanie occupée, ndlr). Il fait de la propagande mensongère pour pousser les Palestiniens à tuer des Juifs», fulmine le vice-premier ministre et ministre de l’Education Naftali Benett (extrême droite). «Lui ou l’hyper terroriste Yasser Arafat, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. La seule chose qui les différencie, c’est le costume qu’ils portent». Et de poursuivre: «Nous devons réagir fermement à l’assassinat des époux Henkin en arrêtant tous les assassins libérés dans le cadre d’accords avec l’Autorité palestinienne (AP), en créant de nouvelles colonies et en faisant savoir une fois pour toutes à Mahmoud Abbas qu’il ne sera jamais président de rien. Qu’il n’y aura jamais d’Etat palestinien indépendant».

Peu avant la mort des époux Henkin, plusieurs autres colons avaient déjà été blessés dans le caillassage de leur véhicule. Cette hargne palestinienne s’explique par la dureté de la répression israélienne à l’occasion des manifestations de ces derniers jours puisque la police est désormais autorisée à tirer à balles réelles.

«Nous nous contentons de riposter aux crimes de l’occupant israélien», déclare au téléphone le l’ex-ministre palestinien des Travaux publics Hazam el Ahmad. «Les gens qui se révoltent n’ont pas besoin de recevoir des ordres de Mahmoud Abbas ou de n’importe qui d’autres. Ils savent ce qu’ils ont à faire sans qu’on les y pousse».

La crispation palestinienne est d’autant plus forte que le ministre de la Défense Moshé Yaalon (Likoud) a autorisé ce jeudi, et dans l’indifférence de la communauté internationale focalisée sur d’autres dossiers, la création d’une nouvelle implantation à côté du camp de réfugiés d’El Aroub, le long de la route reliant Jérusalem à Hébron.

Cette nouvelle colonie s’étendra sur quatre hectares. Elle sera érigée à côté d’une ancienne église achetée grâce à sociétés écrans par le milliardaire américain Irving Moskowitz, un militant sioniste coutumier de ce genre d’opération.

«Je n’étonnerai personne en affirmant que la situation est explosive, versatile, et qu’elle peut dégénérer à n’importe quel moment. D’autant que le Hamas, le Jihad islamique et le FPLP appellent également leurs militants à perpétrer dès aujourd’hui attaques semblables à celle qui a coûté la vie aux époux Henkin», explique le spécialiste des questions palestinienne Ohad Hemo.

Quant aux colons, les plus extrémistes d’entre eux sont décidés à venger Eitam et Naama Henkin à leur manière en passant outre aux appels au calme lancé par des personnalités israéliennes. Ces dernières heures, des véhicules palestiniens ont ainsi été caillasses à coups de pierres et de boulons. Plusieurs villages de la banlieue de Ramallah ont été attaqués et dans l’un d’entre eux, une voiture a été incendiée alors que des batailles rangées éclataient en de nombreux points de Cisjordanie. Le slogan «Vengeance Henkin» y a été peint à l’encre sur plusieurs maisons palestiniennes de Cisjordanie auxquelles les assaillants ont vainement tenté de bouter le feu.