Moyen-orient

Des chasseurs-bombardiers britanniques ont survolé l’Irak, sans frapper

La France concentre jusqu’à présent ses frappes aériennes en Irak pour stopper le groupe Etat islamique (EI), mais la possibilité de les élargir à terme à la Syrie est sur la table. De nouvelles frappes aériennes menées par des appareils de la coalition contre le groupe Etat islamique (EI) ont touché plusieurs cibles en Irak et en Syrie

Des avions de la Royal Air Force (RAF) ont effectué samedi leur première mission en Irak depuis le feu vert du Parlement britannique à des raids contre l’Etat Islamique (EI), se contentant toutefois d’observer les positions ennemies, a indiqué le ministère de la Défense.

Deux chasseurs-bombardiers, des Tornado GR4, avaient quitté dans la matinée la base d’Akrotiri, à Chypre, où ils sont revenus dans l’après-midi après avoir effectué une mission d’environ sept heures, selon le ministère.

Les avions, lourdement armés et «prêts à être utilisés dans un rôle de combat», n’ont mené toutefois aucun bombardement. «Aucune cible ne nécessitant une attaque aérienne immédiate par nos avions n’a été identifiée», a expliqué le ministère.

Toutefois, a-t-on ajouté, «les renseignements rassemblés par les équipements de surveillance» des Tornado constituent des «informations inestimables pour les autorités irakiennes et les partenaires de la coalition» pour lutter contre l’EI.

Cette opération fait suite à l’adoption vendredi par les députés britanniques, réunis en session extraordinaire, d’une motion du gouvernement avalisant le ralliement du Royaume-Uni à la coalition militaire internationale qui lutte, sous la houlette des Américains, contre l’EI.

Ce texte autorise le «recours aux frappes aériennes» en Irak mais stipule que Londres «ne déploiera aucun soldat britannique dans les zones de combat».

Six chasseurs-bombardiers Tornado de la Royal Air Force, basés à Chypre, sont susceptibles de contribuer aux raids, selon des responsables britanniques. Les appareils, équipés de bombes à guidage laser et de missiles, effectuaient jusqu’à présent des opérations de surveillance.

«Nous sommes (en Irak) pour apporter notre contribution à la coalition internationale contre l’EI» et «aider à régler le problème posé par cette effroyable organisation terroriste», a déclaré samedi le Premier ministre britannique David Cameron, lors d’un déplacement à Didcot, à l’ouest de Londres.

Outre les Tornado, la RAF dispose aussi dans la région d’un avion de surveillance RC-135 Rivet Joint qui doit intensifier ses opérations pour identifier des cibles potentielles.

«Il y a des cibles mobiles, des convois de combattants de l’EI que nous pouvons repérer avec une surveillance que nous allons renforcer», a expliqué vendredi le ministre de la Défense britannique, Michael Fallon.

Publicité