Le chef de la police de San Francisco a démissionné jeudi à la demande du maire de la ville, quelques heures après la mort d’une femme noire tuée par un policier.

Le maire Ed Lee a annoncé la démission de Greg Suhr au cours d’une conférence de presse, déclarant qu’il espérait ainsi «calmer la ville», secouée par des tensions raciales.

«Des progrès sensibles ont été faits mais pas assez vite, ni pour moi ni pour Greg, c’est la raison pour laquelle je lui ai demandé de démissionner», a déclaré Ed Lee.

Quelques heures plus tôt, Greg Suhr avait annoncé aux journalistes qu’une femme noire de 27 ans, au volant d’une voiture volée, avait été tuée par la police après avoir refusé d’arrêter son véhicule.

Incidents à connotation raciale en série

Ce drame survient dans un climat de tensions exacerbées entre la police de San Francisco et la communauté noire à la suite d’une série d’incidents à connotation raciale dans la ville de Californie.

La police est la cible de critiques après la mort, en décembre, de Mario Woods, un jeune Noir de 26 ans fauché par les balles des policiers, et de Luis Gongora, un Latino-Américain, en avril, mais aussi en raison d’échanges de messages racistes et homophobes entre policiers.

«Les derniers mois ont ébranlé et divisé notre ville, et les tensions entre les forces de l’ordre et les communautés noires qui couvaient depuis plusieurs années ont éclaté au grand jour", a déclaré le maire de San Francisco.

A lire aussi: «Dans le Missouri, Ferguson sombre dans le chaos racial»

«Les policiers impliqués dans ces tirs meurtriers, qu’ils soient justifiés ou pas, ont obligé la ville à ouvrir les yeux et à nous demander quand et comment la police utilise la force meurtrière», a-t-il ajouté.

Le maire, qui a promis de poursuivre les réformes dans la police, a remplacé le chef de la police par Toney Chaplin, un homme avec 26 ans de service.

Une autre démission le mois passé

La démission du chef Suhr était réclamée depuis longtemps et un groupe de cinq militants, les «Frisco Five» avaient même fait une grève de la faim de 17 jours pour appuyer cette demande.

San Francisco est la dernière ville de Californie où les forces de l’ordre sont visées pour des faits à connotation raciste.

Le mois dernier, un responsable de la police dans le comté de Los Angeles avait dû démissionner après avoir publié, entre 2012 et 2013, depuis sa messagerie professionnelle, des messages dégradants à l’égard des Noirs, des musulmans, des Latino-Américains et des femmes.