revue de presse

Le chemin stratégique de Lance Armstrong vers Oprah Winfrey

C’est le scoop de ce début d’année, dans la séquence impitoyable d’une bombe médiatique. Vous avez aimé la chute de l’icône? Vous adorerez le phénix qui renaît ses cendres

D’abord il y a les faits, sportifs, mais ce n’est pas le plus intéressant: Lance Armstrong, on le sait, est radié à vie du cyclisme professionnel, après que l’Agence américaine antidopage (Usada) l’a accusé d’avoir activement participé au «programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l’histoire du sport» au sein de l’U.S. Postal Service Pro Cycling Team. Ensuite il y a le buzz, savamment orchestré par le biais d’un entretien très exclusif et très médiatisé accordé à la superstar de la télévision américaine, Oprah Winfrey, le 14 janvier. Le champion déchu de ses sept victoires au Tour de France y aurait reconnu s’être dopé.

En attendant la diffusion de cette interview sur sa propre chaîne de télé, OWN, ce jeudi 17 janvier, l’animatrice fait monter la sauce depuis deux jours, notamment sur son blog hébergé par The Huffington Post, son pendant sur Facebook, et sur son compte Twitter. Ce qui vaut bien les deux pages que le Wall Street Journal consacre ce mercredi à la «Lance’s Road to Oprah». Un vrai titre de block­buster, avec sa propre dramaturgie, dans la séquence impitoyable d’une bombe médiatique qui franchit les barrières de la galaxie.

Alors le monde entier retient sa respiration. C’était le but, et c’est ce qu’on appelle un teasing d’enfer. La preuve, au sein de la communauté médiatique de l’incontournable Oprah, Marisha Kamini commente ainsi, de sa lointaine Malaisie: «Je ne peux plus attendre cette interview! Je compte littéralement les heures ici à Kuala Lumpur en me rongeant les ongles jusqu’à ce que le moment arrive. Merci Oprah!»

Ce grand merci, une chroniqueuse du NRC Handelsblad néerlandais, citée par Eurotopics, le prononce aussi: «Oprah est une bénédiction pour le cyclisme. […] Si Oprah parle désormais de cyclisme avec Lance Armstrong, c’est une occasion unique d’intéresser les femmes de la planète à ce sport merveilleux. […] Car même s’ils parlent de dopage et d’autres pratiques criminelles, Lance expliquera aussi sûrement pourquoi il aime tant ce sport. Ce que les femmes doivent entendre. Elles doivent savoir que le cyclisme était et est vicié, que beaucoup de choses ne vont pas, mais que cela reste un sport de combat: mort et résurrection, trahison et amitié, hauts sommets et grandes dépressions.»

Le but? Etre pardonné

Merci pour le lyrisme. Et chapeau pour la stratégie, que décrypte Francetvinfo: «Vous avez aimé la chute de l’icône Armstrong, ses démêlés judiciaires, ses sponsors qui quittent le navire un par un, son silence entrecoupé de provocations twittées? Vous adorerez le phénix qui renaît de ses cendres.» Car après que la star du cyclisme a présenté ses excuses aux membres de sa fondation Livestrong «pour les moments pénibles qu’ils ont vécus à cause de lui», la clé «de cet épisode confession-rédemption», c’est bien «le choix de l’émission d’Oprah, tout sauf un hasard». «On ne va pas chez Oprah pour se confesser, on y va pour être pardonné», écrit sur son compte Twitter un journaliste d’ESPN, la chaîne de télé sportive.

Au point que Roger Federer, soupçonné par de très mauvaises langues sur le compte Facebook «Après Arm­strong, a Quand Le Tour De Federer?» a déclaré, selon Eurosport: «Je n’ai pas suivi cette affaire de très près pour être honnête. Mais je suis intrigué, j’écouterai cette interview. On se focalise beaucoup sur le cyclisme, et sur Lance. J’ai envie de savoir ce qu’il a à dire vraiment». C’était lors de sa conférence de presse d’après-match à Melbourne, «lorsqu’un journaliste lui a demandé de réagir au cas Lance Armstrong».

Un tel scoop, ça s’organise donc savamment, comme l’explique RMC Sport. On est à Maui, avec «ses plages de sable fin, son eau turquoise et ses palmiers». C’est sur cette île de Hawaii «qu’Oprah Winfrey et Lance Armstrong ont finalisé l’accord concernant l’interview». Dans les détails, «tout est parti d’une demande, par mail, de la présentatrice vedette […]. D’abord peu enclin à l’idée de s’exprimer en public, le Texan a souhaité rencontrer son interlocutrice à Hawaii», où «tout a été organisé pour que rien ne vienne faire capoter l’affaire», lors d’un déjeuner secret. Et plus tard, «à la sortie de l’interview, […] dans un luxueux hôtel d’Austin, Oprah a concédé qu’elle venait de réaliser «certainement sa plus grande interview en terme d’exposition». Un sacré qualificatif lorsque l’on sait que Michael Jackson ou Barack Obama sont passés derrière son micro…»

Nouveau déballage?

Reste que «si un talk-show n’est sans doute pas le lieu idéal pour entrer dans les détails d’une décennie de dopage, plusieurs médias américains indiquaient mardi qu’Armstrong pourrait aller au-delà de son cas personnel pour «mouiller» d’anciens dirigeants d’équipes et des responsables d’autorités sportives.» Europe 1 fait le tour d’horizon édifiant «des personnes et institutions qui ont tout à craindre d’un (nouveau) grand déballage». Comme le soupçon d’arrangements financiers avec l’Union cycliste internationale. No comment de l’UCI, mais le New York Times dit qu’il pourrait lever des doutes au plus haut niveau.

En fait, ce ne serait «qu’une étape d’un plan beaucoup plus vaste, destiné à lever sa suspension à vie et élaboré après des discussions avec… Travis Tygart, le patron de l’Usada, celui-là même qui l’a fait tomber». Il l’a rencontré «le mois dernier pour évoquer ce qu’il devait faire pour réduire sa suspension à vie», explique le quotidien new-yorkais. Seraient visés aussi ses anciens coéquipiers et les dirigeants de l’U.S. Postal, «la Poste américaine, qui avait investi dans l’équipe cycliste de l’argent public. Selon CBS et CNN, Armstrong serait d’ailleurs en pourparlers pour rembourser une partie des revenus engrangés.»

Hypnotisés et captivés

Mieux encore, Oprah Winfrey ménage le suspense. Oui, Lance Armstrong a fait des aveux. Mais, dit-elle, pas «tels qu’on les attendait», remarque France Info. Oui, «les questions que les gens se posent ont été posées». Impossible d’en savoir plus pour le moment. «L’interview pourrait rapporter des millions à Oprah Winfrey Network», affirme le magazine américain Forbes. On le serait à moins, mais «l’animatrice en est visiblement bien consciente», puisqu’elle a prononcé ces paroles de génie de la com’ sur la chaîne CBS: «Je l’ai trouvé réfléchi, sérieux. Je pense qu’il s’était bien préparé pour ce moment. Moi-même et l’équipe avons été hypnotisés et captivés par certaines de ses réponses.»

L’hypnose. C’est le mot.

La revue de presse

Publicité