La justice chilienne va enquêter pour la première fois sur les circonstances de la mort de l’ancien président Salvador Allende, mort durant le coup d’Etat du général Augusto Pinochet qui a renversé son gouvernement, le 11 septembre 1973, a annoncé jeudi le pouvoir judiciaire.

Il s’agit de l’un des 726 dossiers pour violations des droits de l’homme sous la dictature (1973-1990), jusqu’ici jamais traités faute de plaintes, que le ministère public a décidé d’ouvrir mercredi.

«Parmi les 726 plaintes, figure celle au sujet du président Salvador Allende, car aucune action judiciaire n’avait été engagée concernant sa mort», a indiqué une source judiciaire qui a requis l’anonymat. «Il faudra voir s’il y a eu ou non suicide et dans quelles circonstances», a-t-elle ajouté.

Le régime militaire s’est soldé par 3150 tués ou disparus et 28’000 cas de torture. A l’heure actuelle, 560 anciens militaires sont poursuivis pour des crimes commis sous la dictature.

Né à Valparaiso en 1908, Salvador Allende participa a la fondation du parti socialiste chilien en 1933, fut élu député député la première fois en 1937 et élu président en 1970 à la tête de la coalition de gauche «Unidad popular». Son gouvernement fut renversé par un coup d’Etat militaire le 11 septembre 1973, où il trouva la mort.