Chine-USA

La Chine appelle les Etats-Unis à «annuler immédiatement» leur projet de vente d’armes à Taïwan

La Chine a exhorté ce mardi les Etats-Unis à ne pas conclure de vente d’armes avec Taïwan. Pékin considère cet accord comme une grave violation des principes fondamentaux du droit international

La Chine a exhorté mardi les Etats-Unis à «annuler immédiatement» une vente d'armes de 2,2 milliards de dollars à Taïwan -- une île revendiquée par Pékin -- qui a reçu la veille l'aval du département d'Etat américain.

La notification de cette vente, qui comprend notamment 108 chars de combat et 250 lance-missiles sol-air, a été faite au Congrès américain. Ce dernier a 30 jours pour y faire objection, une hypothèse qui semble peu probable.

Lire aussi: Accord avec les USA: la Chine exige la levée des surtaxes douanières

Ce n'est pas la première fois que les Etats-Unis autorisent une ventes d'armes à Taïwan. Mais celles-ci provoquent à chaque fois la colère de la Chine. «La Chine exhorte les États-Unis [...] à annuler immédiatement ce projet de vente d'armes à Taïwan et à stopper tout lien militaire entre Taïwan et les États-Unis», a déclaré Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

«Il convient d'éviter de porter encore davantage atteinte aux relations sino-américaines, à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taïwan», a-t-il souligné lors d'une conférence de presse régulière.

Tensions au plus haut entre Pékin et Washington 

Cette nouvelle vente à 2,2 milliards de dollars intervient dans un contexte de tensions entre Pékin et Washington, qui se livrent une guerre commerciale depuis l'an dernier. La Chine considère Taïwan comme une partie de son territoire. L'île est dirigée par un régime rival qui s'y était réfugié après la prise du pouvoir des communistes sur le continent en 1949, à l'issue de la guerre civile chinoise.

Le territoire insulaire n'est pas reconnu comme un Etat indépendant par l'ONU. Et Pékin menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d'indépendance à Taipei ou d'intervention extérieure -- notamment des Etats-Unis. «La vente d'armes par les États-Unis à Taïwan est une grave violation des principes fondamentaux du droit international et des relations internationales», a martelé Geng Shuang.

Lire également: Trêve dans la guerre commerciale. Et après?

«La partie chinoise a exprimé son profond mécontentement, ainsi que son opposition résolue, et a déjà protesté officiellement auprès des Etats-Unis.»

Washington, qui a rompu en 1979 ses relations diplomatiques avec Taipei afin de reconnaître Pékin comme le seul représentant de la Chine, reste toutefois l'allié le plus puissant du territoire insulaire et son principal fournisseur d'armes.

Publicité