nucléaire iranien

La Chine contre des sanctions, assure Téhéran

Alors que Barack Obama a de nouveau appelé la Chine à collaborer à des sanctions contre l’Iran lors d’un entretien téléphonique avec le président Hu Jintao la nuit dernière, le négociateur iranien en visite à Pékin affirme ce vendredi que les Chinois sont convaincus que les sanctions sont inefficaces

L’Iran et la Chine sont convenus que l’arme des sanctions dans le dossier nucléaire iranien avait perdu de son efficacité, a assuré vendredi à la presse le négociateur iranien sur le nucléaire, Saïd Jalili, à l’issue de ses entretiens dans la capitale chinoise. «Nous avons souligné ensemble lors de nos discussions que cette arme des sanctions avait perdu de son efficacité», a déclaré M. Jalili lors d’une conférence de presse.

Le négociateur iranien a également appelé les pays occidentaux à changer leurs «méthodes erronées» et à «cesser de menacer l’Iran».

Les Etats-Unis ont affirmé cette semaine que la Chine avait accepté d’engager des «négociations sérieuses» à l’ONU pour l’adoption de nouvelles sanctions. La Chine n’a pas confirmé cette information.

Une heure d’entretien

Le président américain Barack Obama a appelé son homologue chinois Hu Jintao à travailler ensemble sur la question nucléaire iranienne, tandis que les deux dirigeants ont insisté sur l’importance d’une «relation positive» après une série de tensions.

Lors d’une conversation téléphonique d’une heure jeudi soir, les responsables des deux plus grandes puissances de la planète ont abordé les dossiers internationaux, comme la crise nucléaire iranienne, mais aussi les questions bilatérales, ont annoncé la Maison Blanche et le ministère chinois des Affaires étrangères dans des communiqués séparés.

Sur l’Iran, que les Occidentaux soupçonnent de vouloir se doter de l’arme atomique sous couvert d’un programme civil, «le président Obama a souligné l’importance de travailler ensemble pour s’assurer que l’Iran respecte ses obligations internationales», a indiqué la Maison Blanche.

Plus tôt, elle avait annoncé avoir eu l’accord de la Chine pour négocier à l’ONU d’éventuelles nouvelles sanctions contre Téhéran - ce que Pékin n’a pas confirmé.

Membre permanent du Conseil de sécurité et du groupe des Six (avec les Etats-Unis, la Russie, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne) qui négocie avec l’Iran sur la question nucléaire, Pékin répète régulièrement que ce dossier doit être résolu par le dialogue.

La Chine a de nouveau appelé toutes les parties à «faire preuve de souplesse» durant un entretien jeudi à Pékin entre le chef de la diplomatie chinoise et le négociateur nucléaire iranien Saïd Jalili, selon un communiqué officiel publié vendredi.

Publicité