Justice 

Chine: en procès, l'ex-patron d'Interpol plaide coupable de corruption

Meng Hongwei, ancien patron de l'organisation policière internationale Interpol, a reconnu jeudi lors de son procès être coupable de corruption

Sa disparition d'Interpol l'an passé avait défrayé la chronique. Meng Hongwei, 65 ans, ex-vice ministre chinois de la Sécurité publique, a «fait montre de repentance» ce jeudi. Ce dernier a plaidé coupable et a reconnu avoir accepté 14,46 millions de yuans (2,07 millions de francs suisses) de pots-de-vin, a indiqué le Tribunal populaire intermédiaire n°1 de Tianjin (nord) sur les réseaux sociaux. «Le verdict sera annoncé à une date ultérieure», selon la même source.

Lire aussi: Le président d'Interpol a disparu 

Meng Hongwei est l'énième haut dirigeant communiste à succomber à la campagne anti-corruption lancée en 2013 par le président Xi Jinping peu après son arrivée au pouvoir. Elle a déjà sanctionné au moins 1,5 million de cadres du PCC, selon des chiffres officiels.

Meng Hongwei s'était subitement volatilisé d'Interpol en septembre 2018, après un voyage en Chine. Il a été placé en détention dans son pays. En mars, il a été exclu du Parti communiste chinois (PCC) et de toute fonction officielle.

Lire également: Interpol doit «accepter» la mise à l'écart de son ex-président chinois

Son épouse Grace Meng, ainsi que ses deux enfants, ont quant à eux obtenu l'asile politique en France début mai, selon leur avocat. Craignant pour sa sécurité, sa femme avait affirmé avoir été victime d'une tentative d'enlèvement.

Publicité