Les sirènes ont retenti, mardi, en Chine en hommage à l'ex-président Jiang Zemin, décédé à l'âge de 96 ans. Trois minutes de silence ont été observées. La cérémonie commémorative, retransmise en direct à la télévision, a ensuite débuté au palais du Peuple à Pékin, par un discours du président Xi Jinping.

«Il a consacré toute sa vie et son énergie au peuple chinois, à la lutte pour l'indépendance nationale, la libération du peuple, la prospérité nationale et le bonheur de la population», a assuré le dirigeant face une assemblée de hauts dignitaires chinois, tous masqués. Au premier rang se trouvait la veuve de Jiang Zemin, Wang Yeping, dans son fauteuil roulant.

Alors que les autorités ont été confrontées fin novembre à un mouvement de contestation d'une ampleur inédite depuis les mobilisations pro-démocratie de Tiananmen en 1989, la figure de Jiang Zemin semble fédératrice. Artisan de l'arrivée de la Chine sur la scène mondiale, il est aussi celui qui avait su rétablir le calme à Shanghai en 1989.

Il est décédé le 30 novembre à Shanghai des suites d'une leucémie et de la défaillance de plusieurs organes, selon les médias officiels. Son corps a été incinéré lundi à Pékin, lors d'une cérémonie à laquelle ont assisté le président Xi Jinping et d'autres hauts dirigeants, selon l'agence d'Etat Chine Nouvelle. «Les régions et les départements doivent faire en sorte que la majorité des membres et des cadres du parti, ainsi que la population, écoutent et regardent» la cérémonie commémorative mardi, avait indiqué la télévision d'Etat CCTV.

Lire aussi: Avec la mort de Jiang Zemin, la Chine tourne la page d’une direction collective

Les cotations suspendues

Toute la journée, les drapeaux sont en berne et les activités récréatives suspendues, de même que certains jeux en ligne comme le populaire League of Legends, qui a annoncé une journée de pause.

A Yangzhou (sud), la ville natale de Jiang Zemin, une centaine de personnes se sont réunies face à son ancienne résidence pour observer le moment de silence, avant d'être dispersées par la police.

Les Bourses de Shanghai et Shenzhen ont suspendu leurs cotations pendant ces trois minutes, la Bourse hongkongaise continuant ses échanges, suspendant leur affichage sur écrans pendant les trois minutes de silence.

Dans le port de Hong Kong, des centaines de bateaux ont fait retentir leur sirène pendant trois minutes.

Un homme controversé salué par les médias d'Etat

Populaire auprès des jeunes générations de Chinois, Jiang Zemin divise pourtant la population quant à son héritage. On l'accuse de n'avoir pas réussi à résoudre les problèmes générés par le bond économique de la Chine, comme la corruption, les inégalités, l'impact sur l'environnement et les licenciements dus aux réformes des industries étatiques. Sous son mandat, la répression des militants politiques s'est également faite plus féroce.

Les médias d'Etat le saluent surtout comme un grand révolutionnaire communiste. «Jiang Zemin était un dirigeant exceptionnel jouissant d'un grand prestige», écrit Chine Nouvelle dans la nécrologie qu'elle lui consacre, baptisée La grande et glorieuse vie de Jiang Zemin.

«Au cours de sa carrière révolutionnaire de plus de 70 ans, il est resté ferme et inébranlable dans les idéaux communistes, d'une loyauté absolue envers le Parti et le peuple, et résolument engagé dans la cause du Parti et du peuple», ajoute-t-elle.

Lire encore: Jiang Zemin, un dirigeant «irascible», «décomplexé» et «un animal politique extraordinaire»

Depuis qu'il était à la retraite, Jiang Zemin était vu avec tendresse par ses fans chinois des générations Y (nés entre le début des années 1980 et la fin des années 1990) et Z (fin des années 1990 à 2010), qui s'appelaient eux-mêmes les «fidèles du crapaud», fascinés par sa contenance rappelant le batracien et ses manies excentriques.