Il voit s’envoler «un rêve d’enfant». Silvio Berlusconi a annoncé samedi ne plus
vouloir tenter la course à la présidence. Il a assuré par l’intermédiaire de sa porte-parole avoir les voix nécessaires pour monter sur la dernière marche du pouvoir italien mais a préféré se retirer pour éviter «polémiques et lacérations qui ne trouvent pas de justifications et qu’aujourd’hui la nation ne peut se permettre». Cette décision serait prise aussi pour des raisons de santé, l’ancien président du Conseil ayant été hospitalisé ces derniers jours pour des contrôles de routine. Après une opération du cœur il y a quelques années, il avait souffert le printemps dernier de graves conséquences du coronavirus.