2000: Google développe une interface en chinois, accessible depuis son portail américain.

Janvier 2006: Google lance son portail chinois Google.cn, et accepte pour cela de pratiquer une autocensure exigée par Pékin.

Février 2006: Yahoo!, Microsoft, Cisco et Google sont accusés devant le Congrès américain de collaborer à la politique de censure de Pékin.

Novembre 2006: la Chine installe une «Grande muraille virtuelle», c’est-à-dire un pare-feu qui empêche l’accès à des sites internet que le gouvernement juge subversifs.

2007: une version chinoise du réseau social MySpace est lancée. MSN et Yahoo! acceptent d’autocensurer le contenu des blogs chinois qu’ils hébergent.

2009: à différentes reprises durant l’année, Pékin bloque l’accès au service de partage de vidéos YouTube, à celui de partage d’images Flickr, au site de micro-blogging Twitter, et au réseau social Facebook, ainsi qu’au service de messagerie Gmail.

Juin 2009: Pékin contraint les fabricants d’ordinateurs à installer d’office un logiciel espion filtrant le contenu jugé inadéquat.