Deux des trois hommes arrêtés après l'accident mortel de téléphérique sur le Monte Mottarone, à Stresa dans le nord de l'Italie dimanche dernier, sont libres. Le troisième, lui aussi libéré, reste cependant assigné à résidence.

Le juge d'instruction de Verbania, sur le lac Majeur, a remis en liberté le directeur général de la société d'exploitation et le directeur opérationnel. Aucune preuve suffisante de leur responsabilité n'a pu être établie, a indiqué l'agence de presse italienne Ansa, citant le pouvoir judiciaire.

Lire aussi: «En Suisse, la maintenance des freins, c'est la première chaîne de sécurité»

Mercredi, trois responsables de la société gérant le téléphérique avaient été arrêtés pour avoir délibérément désactivé le système de freinage d'urgence. Ce dernier aurait dû bloquer la cabine lorsque le câble s'est rompu. Seul le chef du service doit rester aux arrêts domiciliaires. Le juge d'instruction a estimé que ses déclarations n'étaient pas suffisamment crédibles, selon Ansa citant la procureure.

Quatorze personnes tuées

Ce téléphérique relie en vingt minutes le village de Stresa au mont Mottarone. On ne sait toujours pas pourquoi le câble du téléphérique a rompu dimanche il y a une semaine. Quatorze personnes ont été tuées dans l'accident et un garçon de cinq ans grièvement blessé. Il est sorti du coma jeudi.

Selon l'état actuel de l'enquête, le câble s'est rompu peu avant d'arriver à la station située à près de 1300 mètres d'altitude. La cabine a heurté un pylône avant de tomber au sol. Une minute de silence était prévue dimanche midi dans le Piémont, à la demande du président de région.