Le gouvernement minoritaire de la République turque de Chypre du Nord (RTCN, proclamée unilatéralement) a remis sa démission mercredi au dirigeant Rauf Denktash après l'échec de longues tractations pour former un nouveau cabinet, a annoncé le premier ministre Mehmet Ali Talat.

«Nous avons remis notre démission», a-t-il dit lors d'une conférence de presse conjointe à Nicosie-nord (dans la zone turque) avec le vice-premier ministre Serdar Denktash, chef du Parti démocrate (DP, centre droit), petit partenaire du gouvernement. Rauf Denktash, président de la RTCN et père de Serdar Denktash, a accepté la démission et a demandé au gouvernement d'expédier les affaires courantes jusqu'à la formation d'un nouveau cabinet.

Le gouvernement de coalition dirigé par M. Talat était minoritaire depuis avril après la démission de trois députés des partis de la coalition formée par le Parti républicain turc (CTP, gauche), la formation de M. Talat, et le DP. Si aucun parti ne peut former un gouvernement viable, des élections législatives anticipées seront convoquées. Celles-ci pourraient être organisées en janvier prochain ou se tenir simultanément avec un scrutin présidentiel prévu pour avril 2005.

Les habitants de la RTCN se sont prononcés à 65%, lors d'un référendum en avril, en faveur du plan de réunification de l'île proposé par l'ONU. Trois quarts des électeurs de la République de Chypre (sud, peuplée de Chypriotes grecs) ont en revanche rejeté le plan.

«Ce gouvernement a accompli de très importantes tâches», a souligné M. Talat. Ce dernier, partisan de la réunification de l'île sur la base du plan du secrétaire général de l'ONU Kofi Annan et respecté à l'étranger, s'était vivement opposé à M. Denktash, 80 ans, qui rejetait farouchement le plan onusien.