Chypre

Les Chypriotes turcs votent pour des législatives anticipées

Le parti au pouvoir était dimanche soir en tête des élections parlementaires anticipées de Chypre du Nord, selon des résultats partiels

Le parti au pouvoir du premier ministre de Chypre du Nord, Huseyin Ozgurgun, était dimanche 7 janvier en tête des élections parlementaires, selon des résultats partiels. Il devra vraisemblablement former une coalition pour gouverner.

Lire aussi: Chypre du Nord, le mirage d’une île

Les bureaux ont ouvert à 06h00 (07h00 en Suisse) et ont fermé à 16h00. Le Parti de l’unité nationale (UBP, droite nationaliste) du premier ministre Huseyin Ozgurgun était en tête avec 36% des voix, devant le Parti turc républicain (CTP, gauche) avec 21%, a rapporté la presse turque chypriote après le dépouillement de 58% de bulletins de vote.

Le Parti démocratique (DP, conservateur) – membre de la coalition au pouvoir sortante – n’obtient que 7% des voix tandis que le Parti du peuple (HP) de Kudret Ozersay – un ex-négociateur du processus de paix – obtient 17%.

Si confirmés, les résultats vont vraisemblablement conduire à une coalition entre UBP et CTP. Cela soutiendrait le président Mustafa Akinci, car le CTP est favorable aux négociations visant la réunification de l’île. Un élément d’incertitude viendrait du HP qui pourrait à son tour y jouer un rôle, et qui a exprimé son scepticisme quant à ces négociations.

Echec des négociations

Plus de 190 500 électeurs ont été appelés aux urnes dans la République turque de Chypre du Nord (RTCN) pour élire les 50 membres de l’Assemblée. Ces législatives anticipées se tenaient après l’échec l’an passé des dernières négociations en date pour une réunification de l’île méditerranéenne. Le scrutin a précédé l’élection présidentielle prévue fin janvier en République de Chypre.

Membre de l’Union européenne depuis 2004, Chypre, qui compte un million d’habitants, est coupée en deux depuis 1974. L’armée turque avait envahi à cette date la partie nord en réaction à un putsch visant à rattacher l’île à la Grèce. Les dernières négociations de paix, il y a six mois, parrainées par l’ONU ont notamment achoppé sur la question du retrait des 45 000 soldats turcs de l’île.

Cette île est partagée entre la République de Chypre, dont l’autorité ne s’exerce que sur la partie sud de l’île, peuplée essentiellement de Chypriotes grecs, et la RTCN, reconnue uniquement par Ankara, qui occupe 38% du territoire et compte environ 300 000 habitants.

Publicité